Algérie - Revue de Presse

Saïda


Le patrimoine en péril En l?absence d?un véritable plan de réaménagement et de gestion urbaine, certains quartiers et cités situés à la périphérie de l?agglomération saïdéenne ont fini, ces derniers temps, par offrir un cadre de vie franchement invivable aux habitants. Dans ce contexte, à travers un communiqué dont une copie nous a été transmise, le bureau communal de l?association pour le patrimoine, le milieu social et la promotion des zones désertiques s?élève contre ce qu?il appelle la politique du replâtrage érigée en système par des entreprises publiques et privées à qui incombe la charge d?exécuter certains travaux d?aménagement urbain. Le communiqué souligne que les rues et ruelles des cités se trouvent dans un état lamentable avec, notamment, leurs chaussées défoncées, les immondices et ordures ménagères jetées partout et n?importe comment et le défaut d?éclairage public qui a fini par entraîner une grande insécurité (les vols, les infractions et les agressions sont devenus monnaie courante). Toujours selon le même communiqué, la dégradation de l?état des routes au niveau des cités 1056 logements, Zitoune, D?har Echih et Es Salem est telle qu?elles deviennent boueuse en hiver et poudreuse en été. Les autorités locales, notamment le P/APC et le chef de daïra de Saïda, sont interpellées pour intervenir dans les meilleurs délais afin de remédier à cette situation qui semble perdurer et dont la population a du mal à s?accommoder. 115 familles relogées Dans le cadre du programme spécial d?éradication de l?habitat précaire mis en ?uvre par la wilaya, ces dernières années, et en exécution des recommandations du président de la République faites au cours de sa visite d?inspection et de travail dans la wilaya de Saïda effectuée fin juillet 2003, il a été procédé, jeudi dernier, à une opération de relogement de 115 familles habitant dans des conditions difficiles depuis des années à la cité Es Sersour. Les heureux bénéficiaires vont enfin pouvoir vivre dans des logements décents après plusieurs années d?attente. Il faut signaler, à ce titre, que la résorption progressive de l?habitat précaire, au niveau des cités périphériques de la ville de Saïda, s?effectue à un rythme très lent. Et l?on n?est pas près de venir à bout de cette forte demande de logements que le contexte social a imposée.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)