Algérie - Revue de Presse

Retour sur la période coloniale


Un livre de 300 pages où l’auteur a su mettre en exergue les malheurs et les souffrances des populations locales. Avec des mots justes et soigneusement choisis, l’auteur s’est attelé à raconter les péripéties et les tribulations de tout un peuple qui s’efforçait à s’émanciper et à s’extirper du joug imposé par les colons. Revenant sur sa propre enfance et celle des enfants de son entourage, le narrateur a dépeint la réalité de la vie pendant la période coloniale. «Les autochtones sereins et persévérants ne perdirent pas l’espoir de reconquérir, un jour, la terre de leurs aïeux… Sur cette terre et pendant plus d’un siècle, deux populations que tout séparait, se côtoyaient, sans jamais se mélanger…» Écrira t-il en début de son instructif roman. S’enfonçant davantage dans son récit, l’auteur s’attaquera à relater les difficiles conditions dans lesquelles baignent les indigents et les propriétaires légitimes de la terre confisquée par le colonisateur.
L’insuffisance  et les desseins malsains escomptés par les occupants à travers la scolarisation de certains enfants du peuple sont largement divulgués. Les événements sont racontés dans toute leur atrocité et leur rudesse. Les souffrances de tout un peuple sont dépeintes dans un style qui rappelle celui de Mouloud Feraoun. D’ailleurs, en lisant cette histoire, on ne peut pas s’empêcher de faire le rapprochement avec le Fils du pauvre de Feraoun. Le bout du tunnel est l’obtention du certificat d’étude primaire par le principal personnage de l’histoire et bien entendu de l’indépendance du pays en 1962. Une indépendance qui permettra à l’enfant de poursuivre ses études et de devenir ingénieur dans une Algérie indépendante. Ayant consacré toutes ses meilleures années à servir son pays et à s’occuper de sa petite famille, M. Iddir n’a pu réaliser son rêve d’écrire pendant sa carrière professionnelle. Maintenant qu’il est à la retraite, le temps ne manque pas et il est déjà sur un deuxième livre où il sera question de son adolescence et de l’Algérie du parti unique et des dérives des décideurs.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)