Algérie - Revue de Presse

Relation clair-obscur


Le monde du sport n?échappera pas au déballage du scandale Khalifa. Des présidents de fédération, de ligue, de club, des dirigeants et autres acteurs du mouvement sportif national vont se succéder devant le juge. Les années Khalifa seront passées au crible. Les enquêteurs chargés de ce dossier tenteront d?établir les mécanismes de distribution de la manne financière et surtout sa hauteur. Plusieurs dirigeants sportifs sollicités hier n?ont pas souhaité s?exprimer sur le sujet. Ce qui est sûr, c?est que Khalifa a fait ses premiers pas avec le monde du sport en parrainant le NAHD et l?USM Blida avant d?étendre son action à la JSK et au CRB et ensuite à l?ensemble des clubs de la première division. Nous sommes au début de l?année 2001. L?année suivante, Khalifa-Sport a pris en charge ce volet (sponsoring). Il prenait en charge les salaires des joueurs ainsi que celui de l?encadrement technique à hauteur de 25 personnes par club, les frais de transport des équipes, l?hébergement, la restauration et parfois les primes de match. Si, la première année, Khalifa a versé de l?argent aux clubs sans contrat en contrepartie, ce ne fut plus le cas à partir du moment où Khalifa-Sport a été chargé de la gestion de ce dossier (sponsoring). Tous les clubs étaient soumis à la signature d?un contrat (droits et obligations), faute de quoi aucun dinar ne sera versé. N?empêche, des bruits ont circulé sur certains aspects de cette relation privilégiée. Des joueurs du MO Constantine, par exemple, ont parlé dans une lettre rendue publique de « quelques pratiques douteuses », sans oublier les rumeurs sur « des prêts faramineux que Khalifa a consentis à certains dirigeants ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)