Algérie

Questions


Quelle drôle de vie que de toujours avoir besoin de compter avec le temps: quelle heure je me lève, combien de temps me faut-il pour aller à tel endroit, quel âge as-tu ? Qu'as-tu fait depuis hier ? Toutes ces questions, ce besoin de toujours ramener notre vie à un sablier qui s'écoule. Comment pouvons-nous faire pour nous limiter à cela, pouvons-nous faire autrement ? Pourtant, il arrive que nous n'ayons pas tous ces repères temporels, il arrive que nous perdions la notion du temps, souvent parce que nous sommes dans un état second, différent de l'état habituel. A bien y regarder, quelles sont les heures, quels sont les moments qui nous paraissent les plus longs ? Ceux où nous avons l'impression de perdre notre temps justement. Et quels sont ceux qui nous semblent trop courts ? Ceux justement qui devraient nous être donnés pour l'éternité, parce que nous sommes tellement bien que nous aurions tout le temps d'apprécier ces bons moments. N'est-ce pas là une injustice de subir les mauvais moments et de ne pas pouvoir apprécier suffisamment longtemps les bons ? Drôle de chose, aussi, que d'imaginer que le destin n'est autre que les choix que nous prenons chaque instant. Que de chemins nous sont offerts chaque jour, chaque heure, chaque instant. Quelle serait notre vie si, à un moment donné, nous avions seulement décidé d'attendre le prochain bus plutôt que de prendre ce bus bondé de monde ? Quel serait notre destin si, un instant, nous nous étions arrêtés pour contempler un paysage au lieu de rejoindre notre destination au plus vite ? Imaginez un instant le nombre incalculable de routes, de choix, de décisions que nous avons eu à prendre depuis que nous sommes. Personnellement, ça me donne le tournis.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)