Algérie

Quelle prise en charge pour les toxicomanes ?



« L'Algérie qui était un pays de transit de drogue est devenue, actuellement, un pays consommateur. 26% des quantités de drogue qui passent par notre pays sont consommées localement, alors que 48% des trafics de drogue se font dans la région ouest du pays», c'est ce qu'a déclaré un représentant de l'Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, hier, à l'occasion de la tenue du 3e séminaire régional de formation sur la prise en charge des toxicomanes qui se déroule sur 3 jours, à l'institut technologique de la Santé publique. Cette rencontre a vu la participation d'une trentaine de médecins, paramédicaux et psychologues, venus de la région ouest. Les statistiques judiciaires et celles de la sûreté nationale montrent une augmentation régulière des quantités de drogues saisies et des infractions relatives à leur utilisation. «La quantité de drogue saisie, en 2007, a connu une hausse estimée à 65% par rapport à 2006, alors que la quantité de cocaïne a connu une hausse de 184%», selon le même responsable. Environ 16,5 tonnes de cannabis ont été saisies en Algérie en 2007, alors qu'en 2005, quelque 5 tonnes ont été saisies. Cette hausse démontre que le pays est confronté à «un problème majeur et un danger imminent». Les jeunes, âgés de 18 à 25 ans, représentent 43,5% des consommateurs de drogue au moment où la tranche des 25-35 ans en constitue 38%. Les données actuellement disponibles, insuffisantes et parcellaires, ne permettent pas d'apprécier l'ampleur du problème de la toxicomanie. Dans le but de prendre en charge les jeunes toxicomanes, 2 Centres intermédiaires de soins pour toxicomanes sont en voie de réalisation à Oran. Il est également prévu la mise en place de 02 unités d'hospitalisation, de prise en charge des toxicomanes, dans les EPH d'El-Mohgoun et d'Aïn El-Turck, en exécution de l'instruction, ainsi que le transfert du centre de désintoxication de l'EHS Sidi Chahmi vers le CHU. Pour connaître l'ampleur du phénomène et élaborer une politique de lutte contre le fléau, l'Etat prévoit le lancement d'une enquête nationale sur la propagation de la toxicomanie Cette enquête qui se déroulera sur une période de 5 à 6 mois, sera menée par une équipe composée d'experts nationaux et étrangers sur un échantillon de 20.000 jeunes, issus des différentes régions du pays.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)