Algérie

quel sort pour la cité de l'Enfance et le centre culturel ' Les projets inscrits depuis des années


quel sort pour la cité de l'Enfance et le centre culturel ' Les projets inscrits depuis des années
Les élus de l'APW, qui ont inscrit des rallonges budgétaires importantes, ont pressé les autorités de relancer ces projets et de les livrer rapidement.
La célébration du cinquantenaire de l'indépendance a été l'occasion pour l'exécutif de wilaya d'inaugurer plusieurs projets. Ces réalisations, guère importantes, ne masquent pas les blocages qui ont caractérisé plusieurs autres projets inscrits dans les différents programmes de la wilaya depuis la moitié des années 1990, mais toujours à l'arrêt. Les élus de l'APW, qui ont inscrit des rallonges budgétaires importantes, ont pressé les autorités de relancer ces projets et de les livrer rapidement. La cité de l'Enfance à Ben Aknoun est symptomatique de la gestion des projets budgétivores par la wilaya d'Alger. Des élus ont réclamé, lors de la dernière session ordinaire consacrée à l'étude et l'adoption du budget supplémentaire (BS), la relance de ce projet qui a toujours suscité un vif débat parmi l'assemblée.
Le projet, initié en 1997, a bénéficié, cette fois encore, d'une autre enveloppe de 500 millions de dinars consacrée à la «réalisation de la première tranche». Des dotations financières successives ont été inscrites lors des différents exercices, mais la wilaya n'a pas repris le projet qui a fait l'objet pourtant d'un concours d'étude international remporté par l'architecte Bouhired. Parmi les
obstacles : le morcellement du terrain initial de 18 hectares, dont il ne reste que 9 hectares. Un court de tennis et une pépinière de l'EPIC Edeval occupent en effet une partie de l'assiette de ce projet mort-né. Seule trouvaille des services de la wilaya : le changement de dénomination. Le projet a été ainsi rebaptisé, en 2005, maison de l'Enfance au lieu de cité de l'Enfance. Malgré ce changement qui a fait pousser des cris d'orfraie aux élus de l'opposition de la mandature précédente, le projet n'est pas sorti de terre. Situé à côté du court du tennis-club de Ben Aknoun, le terrain restant serait toujours convoité.
Les familles ont été recasées dans l'espace à la suite du séisme de 1989. Celles-ci et des riverains du site auraient déjà loti l'assiette et projetteraient même d'y construire des habitations malgré une décision des autorités de déclarer le terrain «imprescriptible, inaliénable et incessible». La cité est projetée sur un espace 14 ha acquise par la ville d'Alger le 14 août 1935 auprès d'une propriétaire de confession israélite. L'ex-Conseil populaire de la ville d'Alger (CPVA) en a assuré la gestion avant de l'inscrire au patrimoine des nouvelles instances de la wilaya d'Alger.
L'autre projet qui a retenu l'attention des élus, le centre culturel de Oued Koriche. Là aussi, rien sous le soleil : la structure, un mastodonte dans une mer de misère, a été achevée ou presque. Il reste l'installation des équipements. Deux enveloppes ont été dégagées à la faveur de la réunion de l'APW qui a adopté le budget supplémentaire. Le BS prévoit une enveloppe de 20 millions pour l'achèvement complet des travaux, et une autre de 150 millions de dinars pour l'installation d'équipements. La structure, confiée à l'EPIC de wilaya Arts et culture devait être livrée, comme l'ont promis la main sur le c'ur les responsables de la wilaya déléguée de Bab el Oued, en mars dernier.
La promesse n'a pas été tenue, comme attendu, et le projet, qui voit quelques pans se dégrader en raison de la remontée et des infiltrations des eaux n'est toujours pas livré. Composé de plusieurs compartiments (salles de conférence, de projection, espace de répétition ), le centre est devenu un gouffre financier qui ne bénéficie pas aux habitants des quartiers déshérités de Oued Koriche.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)