Algérie

Quartier Derb : un immeuble s'effondre partiellement de nouveau Oran : les autres articles

Quartier Derb : un immeuble s'effondre partiellement de nouveau Oran : les autres articles
Deux pères de famille s'en sont, heureusement, sortis indemnes avec de légères blessures lorsque le «reste» de palier menant
au 2ème étage s'est effondré sous leurs pieds.
Un nouvel effondrement, survenu jeudi à la tombée de la nuit, au 12 rue Daho Kadda à Haï Derb, a provoqué une grande panique parmi les habitants qui occupent encore cette vieille bâtisse. Deux pères de famille s'en sont, heureusement, sortis indemnes avec de légères blessures lorsque le «reste» de palier menant au 2ème étage s'est effondré sous leurs pieds. Pour rappel, les escaliers menant à ce 2ème étage se sont effondrés il y a plus d'une année (en avril 2011) et les 3 familles qui y habitaient se trouvent depuis hébergées par des proches. Tous leurs biens sont jusqu'à présent «sous séquestre» à ce niveau, vu le grand risque d'y accéder. Après le mouvement de contestation des habitants de ce vieux quartier, des pré-affectations ont été remises à ceux qui occupent des immeubles menaçant ruine. Sur les 3 familles occupant le 2ème étage du 12 rue Daho Kadda, une famille a été oubliée et elle attend toujours une réponse à son recours introduit depuis des mois.
Par ailleurs, selon les habitants, il y a environ un mois, les services techniques de l'APC ont établi des constats concernant 5 immeubles dans ce quartier, dont le «12» rue Daho Kadda, qui nécessitent une évacuation d'urgence puisqu'il y a menace imminente d'effondrement. «Qu'attendent les autorités pour intervenir ' Faut-il qu'il y ait mort d'hommes pour qu'on se rappelle de nous '», ne cessent de se demander ces citoyens en péril. En tous les cas, entrer dans des bâtisses pareilles nécessite beaucoup de courage. Il suffit de mettre le pied dans l'entrée pour ressentir cette angoisse que vivent quotidiennement ces citoyens qui se disent «abandonnés à leur sort».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)