Algérie

Protesta à Sidi Maarouf (Oran) après un accident

La route principale bloquée et des pneus incendiés La soirée de mercredi dernier a été agitée dans la localité de Sidi Maarouf. C’était carrément l’émeute qui a régné durant de longues heures. En fait, la protesta a été provoquée par un accident de la circulation, survenu sur la route principale de cette localité. Elle a duré de 20 heures à minuit. La victime de cet accident est une fillette. La petite victime a été évacuée au service des urgences médicochirurgicales du CHUO. L’examen qu’elle a subi a révélé qu’elle présentait de légères blessures. Ce diagnostic «positif» n’aura pas réussi à apaiser la tension des protestataires qui ont exigé la réinstallation des ralentisseurs (dos d’âne) sur cette route qu’ils considèrent comme meurtrière. Il faut savoir que les dos d’âne ont été ôtés de cette route à l’occasion de la dernière visite effectuée par le président de la République à Oran. Le cortège présidentiel avait, rappelons-le, emprunté cette route. Ce sont, apprend-on, les services de la direction des Travaux publics de la wilaya d’Oran qui ont enlevé les dos d’âne à cette occasion. Cependant, la visite terminée, les ralentisseurs n’ont pas été réinstallés. Il a donc fallu qu’un accident de la circulation survienne et que les riverains s’emportent et bloquent la route pour que l’on décide finalement de les remettre en place. Les dos d’âne ont été réinstallés jeudi matin par les services de la commune de Sidi Chami sur réquisition du wali, le seul habilité à ordonner leur pose. Selon des protestataires, «c’est le ixième accident de la circulation qui se produit sur cette route et le premier depuis que les dos d’âne ont été enlevés». D’ailleurs, diront-ils encore «Lorsque les dos d’âne ont été enlevés, on redoutait la survenance d’accidents de la circulation sur cette route» avant d’ajouter «Si la fillette a eu de la chance et n’a pas été sérieusement blessée ou tuée, d’autres mourront sur cette route si les ralentisseurs ne sont pas installés». De 20h00 à minuit, la route principale de la localité de Sidi Maarouf a été interdite à la circulation. Des pneus ont été posés au milieu de la chaussée et allumés. Derrière les flammes qui prenaient des proportions vertigineuses et illuminaient la nuit se tenait un rempart humain décidé à ne se disperser que si les autorités locales répondent à favorablement à la revendication et remettent en place les ralentisseurs. Cette nuit-là, les autorités locales sont venues à la rencontre des protestataires. Il y avait sur place le chef de la daïra d’Es Senia territorialement compétent, le premier vice-président de la commune de Sidi Chahmi, M.Kacha Saïd ainsi que le chef de la compagnie de gendarmerie de cette même localité. Ces derniers ont apaisé la tension des protestataires et ont promis de réinstaller les dos d’âne. La promesse a été tenue.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)