Algérie

Prix du pétrole

L’avertissement du G8 Les chefs d’Etat des pays les plus industrialisés du monde (G8), réunis en sommet à Toyako au Japon, ont interpellé, hier, les pays producteurs de pétrole à propos de l’or noir. Ils leur ont, en effet, «intimer» d’accroître, «à court terme», leurs capacités de production et de raffinage, tout ceci dans l’objectif de revoir à la baisse les prix du pétrole qui connaissent, depuis plusieurs mois, une envolée certaine des cours sur les marchés mondiaux. «Nous sommes fortement préoccupés par l’envolée des prix du pétrole qui crée des risques pour l’économie mondiale. Des efforts concertés sont nécessaires pour résoudre les causes sous-jacentes pour le bénéfice de tous». C’est, en tous cas, les termes du communiqué rendu public, hier, par les chefs d’Etat du G8. Les pressions inflationnistes préoccupent, tout aussi, les participants au sommet de Toyako. Ces derniers se sont, à ce propos, inquiétés de la hausse des pressions inflationnistes dans l’économie mondiale. Ceci pour une raison simple, «la flambée des prix des matières premières, spécialement le pétrole et la nourriture, qui présente un sérieux danger pour la stabilité de la croissance mondiale et menace les plus pauvres», ont-ils indiqué. La Chine a été, dans le même ordre d’idées, sollicitée par le G8. Il est expliqué que la Chine a été appelée à réévaluer le yuan en demandant à certaines économies émergentes, dont les excédents courants sont importants et en croissance, à ajuster leurs taux de change. A ce propos, il est mentionné que l’envolée des cours de l’or noir qui a fait que le prix du pétrole a doublé depuis un an ainsi que les prix d’autres matières premières alimentaires qui se sont également élevés sont à l’origine de «troubles sociaux dans plusieurs pays en voie de développement». Les participants au G8 ont reconnu aussi que les pays riches devaient contribuer à atténuer les prix en faisant des efforts supplémentaires pour améliorer l’efficience énergétique et en poursuivant la diversification énergétique pour moins dépendre des cours du pétrole. Tout comme ils ont noté que les pays du G8 résisteraient aux tentations protectionnistes dans les secteurs du commerce et de l’investissement international. Ils ont appelé à une conclusion fructueuse des négociations de Doha sur le commerce international. «Une conclusion fructueuse d’un accord ambitieux, équilibré et exhaustif dans le cadre des négociations de Doha est essentielle pour la croissance économique et le développement», ont indiqué les dirigeants dans le communiqué. «Nous réitérons notre détermination à travailler de manière urgente pour conclure les négociations et appelons tous les membres de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) à faire des contributions significatives pour établir les modalités d’un accord dans les secteurs de l’agriculture et de l’accès au marché des produits non agricoles (NAMA) et parvenir à des résultats concrets et positifs dans celui des services», poursuit le texte. Les participants au G8 expriment leur satisfaction de la convocation d’une réunion ministérielle de l’OMC à partir du 21 juillet à Genève pour tenter de débloquer la situation des négociations. Le sommet du G8, qui a démarré lundi au Japon, devait se poursuivre dans l’après-midi d’hier, avec des discussions consacrées à l’environnement et au développement de l’Afrique.   Samira Illoul
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)