Algérie - Revue de Presse

Prévention routière



Les nouvelles mesures expliquées Neuf cent vingt-huit tués et 21 521 blessés dans les accidents de la route pour 2004 : des chiffres qui ont incité l?Etat à prendre de nouvelles mesures contraignantes afin d?endiguer le fléau. Ces mesures ont fait l?objet d?un séminaire régional organisé à l?école de police de Soumâa et regroupant les officiers de 20 sûretés de wilaya du Centre et du Sud après les séminaires régionaux de l?est et de l?ouest du pays. MM. Boufanaia et Naïli, respectivement divisionnaire directeur de la sécurité publique et sous-directeur de la sécurité et de la prévention routière, préciseront que 85% des accidents sont dus à la faute humaine et que l?ensemble des secteurs comprenant également la Gendarmerie nationale est impliqué dans la chaîne de la prévention. Il sera appris qu?un fichier national du permis de conduire et un autre de la carte grise vont incessamment être mis en fonction, que 27 sûretés de wilaya sont équipées de radars, mais « le civisme du citoyen et sa prise de conscience doivent être de mise », précisera M. Naïli. Le législateur algérien a mis en branle des articles de loi qui permettent aujourd?hui d?opérer un retrait du permis de conduire pour les dépassements de la vitesse autorisée au-delà de l?excès, le défaut du port de la ceinture de sécurité, l?attestation provisoire de conduite permettant l?observation du conducteur sur deux années, les nouvelles procédures devant les tribunaux où seront introduits ceux de la simple police et qui auront à s?occuper de ces délits, l?institution d?une commission à l?échelle de la wilaya présidée par le wali lui-même pour l?étude des dossiers de retrait du permis de conduire. Les agents de la circulation peuvent considérer, selon M. Naïli, qu?« ils disposent d?une arme efficace à travers les nouvelles mesures », mesures incluant l?attestation provisoire de conduire ne dépassant pas les 48 heures afin de permettre au conducteur fautif d?acheminer son véhicule à son domicile ou à un garage. La loi 1-14 du 19 août 2001, complétée et modifiée par la loi 04-16 du 10 novembre 2004, permettra sans doute de diminuer le nombre de 10 décès et 100 blessés quotidien à travers le territoire national. Les services de la prévention routière, le ministère des Travaux publics à qui incombe le devoir d?améliorer l?état des routes et de suivre le rythme infernal d?augmentation du nombre de véhicules en circulation, le civisme des conducteurs et les efforts que doivent effectuer tous les responsables afin d?arriver - ou de se rapprocher - du seuil de tolérance zéro pour tous les PV qui sautent ramèneraient la facture dépensée à des montants moindres et feraient reculer le spectre de l?année 2025 où les experts mondiaux prédisent le taux le plus élevé des catastrophes liées à la circulation routière.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)