Algérie - Revue de Presse

Présidentielle



Un conclave prévu mercredi Après une longue trêve liée à la crise au sein du FLN, le train de la troïka présidentielle se remet en marche. Selon Ahmed Ouyahia, chef du gouvernement et secrétaire général du RND -parti membre de ce mariage politique -, une rencontre entre les états-majors des trois formations est prévue mercredi prochain. Cette réunion interviendra quinze jours après la tenue du 8e congrès bis du FLN, dont la présidence du parti a été offerte au chef de l?Etat, Abdelaziz Bouteflika. Hier, au congrès de l?Organisation arabe du travail (OAT) à El Aurassi, à Alger, le nouveau secrétaire général de l?ex-parti unique, Abdelaziz Belkhadem, a insisté sur le fait que Abdelaziz Bouteflika est le président effectif du vieux parti, car les statuts lui confèrent des prérogatives, telles que convoquer un congrès extraordinaire. Depuis la derrière réunion entre les membres de l?alliance, le champ politique a connu un véritable bouleversement, plutôt que changement, allant d?un président de tous les Algériens, de surcroît indépendant, à un président à la tête d?un parti. L?Alliance présidentielle est née durant la fièvre électorale précédant le scrutin du 8 avril 2004 pour la magistrature suprême. Ce patchwork fait du RND, du MSP et du FLN s?est mis au service du président Bouteflika. Mais le geste du Président envers l?ex-parti-Etat ne semble pas jouer en faveur des deux autres membres de l?Alliance présidentielle. Certes, le RND comme le MSP ont félicité leur allié, le FLN en l?occurrence, pour cette performance inattendue. Mais il serait difficile de croire à leur sérénité. Bouguerra Soltani, président du MSP, considérant que M. Bouteflika à la tête du FLN ne peut que renforcer l?alliance, n?a néanmoins pas caché une certaine animosité. Ayant peur de perdre certains privilèges en faveur du vieux parti, le président du MSP a avoué qu?il craint l?opportunisme politique. En guise d?avertissement, M. Soltani a rappelé le contenu du traité signé entre les trois partis le 16 février 2004. Ainsi, ce parti demande au président de la République de faire preuve d?équité. C?est dire que ce parti, qui a fait de « l?entrisme politique » son credo, n?est pas serein depuis le congrès du FLN, non pas parce que le FLN a réussi à recoudre ses lambeaux, mais les inquiétudes du chef du MSP augurent de ce que sera la prochaine rencontre. Le RND, qui a perdu jusque-là plusieurs batailles face au FLN, risque d?en faire une bonne collection. M. Ouyahia se sent déjà mal en point. Mais en fidèle commis de l?Etat, il préfère s?attacher que de lâcher. Seulement, les divergences avérées sur certains grands dossiers d?actualité, tel l?amendement du code de la famille, pourraient remettre en cause le traité de cette alliance. La rencontre de mercredi prochain revêt un cachet particulier, non pas parce qu?elle est la seconde du genre, mais pour la simple raison qu?au bout de presque une année de « mariage », beaucoup d?incompatibilités se sont avérées entre les acteurs de cette troïka présidentielle. Qu?adviendra-t-il de l?alliance ? Difficile à parier.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)