Algérie

Présents pour la 1ère fois à la foire internationale de Chicago


L’agroalimentaire algérien à l’assaut du marché américain Le pavillon Algérie participera pour la première fois à une grande foire aux Etats-Unis, celle de Chicago, regroupant les 52 Etats et consacrée à l’agroalimentaire. Une opportunité pour les opé-rateurs économiques algé-riens, notamment privés, de pouvoir exposer leurs produits divers comme les dattes, l’huile d’olive, les olives, les jus, les biscuits et bonbons, les fruits ainsi que l’artisanat, des produits très prisés sur le marché américain. S’exprimant, hier, sur les ondes de la chaîne III, Smaïl Chikhoune, président du Conseil d’affaires algéro-américain, a laissé entendre que le marché américain est très vaste et qu’il y a de réelles potentialités pour placer les produits algériens aux Etats-Unis, notamment dans l’agroalimentaire. Il suffit tout juste, selon lui, de se référer un tant soit peu aux deux conditions majeures, à savoir l’amélioration de la présentation de ces produits (le packaging) et le respect du label. Dans le but d’inciter la participation algérienne à la foire internationale de Chicago, M. Chikhoune est actuellement à Alger pour relancer les échanges algéro-americains, en particulier dans le secteur hors-hydrocarbures. Lorsqu’on sait que le volume de ces échanges a trait majoritairement, voire exclusivement, aux hydrocarbures dont le montant frôle les 13 milliards de dollars. Alors que les exportations algériennes ne dépassent pas le milliard de dollars. Pour promouvoir les échanges commerciaux avec ce pays, qui reste tout de même le premier pays en terme de coopération économique, et travailler beaucoup plus hors-hydrocarbures, le président du conseil d’affaires algéro-américain a noué des relations étroites avec ALGEX, un organisme de promotion de l’exportation qui dépend du ministère du Commerce ainsi qu’avec le World Trade Center qui fait aussi dans la promotion du produit algérien. Ils ont convenu d’encourager, en priorité, la filière agroalimentaire pour la simple raison, a-t-il soutenu, qu’elle est très organisée et productive, en plus du fait que cette filière s’est déjà manifestée à maintes reprises à travers ses produits destinés à l’exportation. Seulement, pour se placer sur le marché américain, il y a lieu, a-t-il souligné, de savoir que les sociétés exportatrices se doivent de se conformer aux normes internationales en ce qui concerne la certification ISO 9000. D’après lui, c’est un passage obligé pour aller à la conquête du marché américain dont les produits d’exportation sont examinés régulièrement par le FBA, l’organisme américain de régulation. Le secteur de l’agroalimentaire sera donc le premier secteur à bénéficier de cette faveur ainsi que les produits touristiques. Smaïl Chikhoune compte même inviter incessamment le partenaire américain à venir s’impliquer, lui aussi, dans la production ici en Algérie. En plus des produits qui se vendent déjà aux Etats-Unis, à l’instar de ceux de l’ONCV, des jus, des produits SIM (couscous et pâtes), des facilités sont accordées aux produits algériens dans le cadre du système général des préférences (SGP) où il y a plus de 3.000 produits exonérés de droits de taxes à l’entrée des Etats-Unis, en attendant, a-t-il signalé, l’ouverture du ciel américain pour faciliter les échanges avec un accès direct à la compagnie aérienne nationale. L’»Open Sky» est toujours en discussion mais, au mois d’avril, l’Algérie bénéficiera de la première ligne avec le Canada qui nous rapprochera un peu plus du nouveau monde.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)