Algérie - A la une

Poudrière



Poudrière
C'est le président tchadien qui le dit. La Libye a basculé dans l'inconnu. On le savait déjà depuis longtemps. Les effets du renversement sanglant du régime de Kadhafi avec l'aide de l'armada de l'Otan sont encore là. Ils le seront probablement pour un certain temps encore. Le Sahel est devenu une véritable poudrière. Si l'intervention militaire française au nord du Mali a permis de chasser les islamistes et préserver l'intégrité territoriale de ce pays, il n'en reste pas moins que le plus dur est à venir. Les groupes terroristes ont trouvé une base arrière. La Libye, un vaste territoire difficilement contrôlable, sans institutions, sans armée forte, hier entre les mains des milices, aujourd'hui sous le diktat de groupuscules islamistes radicaux, vient encore une fois de faire appel à l'Alliance atlantique pour l'aider à mieux sécuriser ses frontières. Est-ce seulement possible ' Après le tragique épisode de l'attaque du consulat américain à Benghazi, de la prise d'otages de Tiguentourine et de l'attentat contre les intérêts français au Niger, conséquences de l'instabilité en Libye, les groupes djihadistes ont montré qu'ils disposaient d'une capacité de nuisance assez importante pour frapper les sites sensibles. Si les groupes armés sont entrés en action au Mali, au Niger, en Mauritanie et au Nigeria, leurs bras politiques en Tunisie et en Egypte ainsi que leurs sponsors du Golfe se chargent de plaider leur cause maintenant que le Printemps arabe a permis aux assassins d'hier de se présenter non seulement en démocrates, mais aussi en victimes. La lutte contre le terrorisme n'est pas seulement une affaire de discours. Une mobilisation de tous s'impose face aux multiples menaces qui guettent les pays maghrébins et sahéliens qui doivent redoubler d'efforts pour éviter de subir encore les contrecoups de crises dont ils ne sont pas forcément responsables, mais dont ils sont surtout victimes.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)