Algérie

Poudre aux yeux


Poudre aux yeux
Comment s'effectue le pillage économique ' Question que l'on est tenté de poser surtout dans les pays économiques. En réponse, les experts nous citent : la privatisation et la commercialisation forcenées des domaines jusqu'alors plus ou moins protégés (services publics essentiels comme l'éducation, la santé, la culture, les transports, la communication, l'énergie, l'eau, etc.), le démantèlement systématique de la protection sociale au profit du grand capital, la baisse généralisée du pouvoir d'achat des salariés et détérioration permanente des conditions de travail - quand travail il y a.Dans un essai publié en août 2005 sur le site de Solidarité et Progrès, sous le titre Comment la plupart des économistes de notre époque sont devenus incultes, le démocrate indépendant américain Lyndon LaRouche, qui est lui-même économiste et met depuis longtemps en garde contre le danger d'un effondrement monétaro-financier, déplore la dérive à laquelle nous assistons. L'octogénaire LaRouche, qui a débuté sa carrière sous la présidence de Franklin Roosevelt, montre qu'une autre politique économique serait possible, sans changement de système, sans «révolution», à condition qu'on y mette un peu de bonne volonté. Malheureusement, LaRouche fait abstraction de certaines données devenues entre-temps fondamentales aux Etats-Unis et ailleurs : - les politiciens n'ont pas pour objectif de défendre ou de promouvoir l'intérêt national, mais les intérêts de l'oligarchie ; -les chefs d'entreprises n'ont pas pour objectif la bonne gestion des entreprises, mais l'obtention du profit maximum (par tous les moyens), ainsi que l'optimisation de leur carrière et de leurs revenus personnels (souvent astronomiques) ; -les économistes n'ont pas pour rôle de définir la politique économique optimale. Ils sont dépendants de l'oligarchie, tout comme le sont les politiques. Tout le reste n'est que poudre aux yeux. Que l'économie s'effondre, que les entreprises fassent faillite, cela n'a aucune importance, puisqu'il y a d'autres sources de profit, plus lucratives. C'est même pour pouvoir recourir en toute liberté à ces sources qu'on sabote l'économie nationale et les entreprises. Tout cela est la conséquence directe du passage des économies nationales (plus ou moins interdépendantes, certes, mais encore autonomes) d'il y a trente ans, à l'économie mondialisée. On est passé de l'ère industrielle à celle de la spéculation financière, de l'ère de l'Etat gestionnaire (services publics) à celle de la privatisation anarchique. Le secteur des «services» est devenu pléthorique, hypertrophié, incroyablement parasitaire. C'est là, bien entendu, que la bulle va éclater. Il ne faut pas confondre l'économie politique (qui est une science sérieuse) avec la gestion (qui est l'art de s'enrichir et de déclarer «rentable» ce qui ne le serait pas si l'on appliquait avec rigueur les règles de l'économie). La gestion est à l'économie ce que la ruse est à la raison. A-t-on jamais vu quelqu'un s'enrichir davantage par la raison que par la ruse'...


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)