Algérie

Port d?Oran

600 containers en souffrance En présence du Wali d?Oran, un comité technique (CASP), chargé de prendre les décisions concernant la marchandise et les containers en souffrance au port d?Oran, a été nouvellement, mis en place. Ce comité « des avariés et des séjours prolongés des containers » qui regroupe des membres de plusieurs institutions étatiques, chargées de la gestion du port d?Oran (police, douane, service de vétérinaire, protection civile, etc...), a pour mission de veiller à l?application de la réglementation en vigueur. Le comité est apte à prendre toutes les décisions quant au désangorgement des quais et l?enlèvement des containers dont l?entreposage, sur les quais, ne doit pas dépasser les 21 jours comme stipulé dans la réglementation. Pour se faire, les clients ou leurs représentants, doivent être présents ou se manifester lors d?une réunion avec les opérateurs étatiques de la gestion du port. A titre d?information, le port d?Oran, qui traite annuellement 3 millions de tonnes de marchandises, compte, actuellement, plus de 600 containers en souffrance dont 178 ont, malgré les mises en demeure, dépassé les 60 jours. A ce sujet et lors d?une réunion regroupant les services et les opérateurs privés concernés, une première décision de destruction des marchandises, stockées dans une vingtaine de containers, vient d?être arrêtée. Mécontents, certains opérateurs se plaignent de la bureaucratie qui retarde le dédouanement ou l?enlèvement de leurs marchandises et du manque de coordination entre les services concernés. D?autre part et selon une source bien informée, l?on apprendra que certains opérateurs économiques, mal- intentionnés, n?hésitent pas à user de tous les subterfuges possibles pour arnaquer l?entreprise portuaire. « Parfois, certains clients, même appelés à assister aux réunions du Comité, brillent volontairement par leurs absences. Leur but est d?attendre que leurs marchandises soient détruites pour intenter des actions en justices et exiger des sommes plus importantes que la valeur de leurs marchandises en guise de dommages et intérêts » affirme notre interlocuteur.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)