Algérie - Ecologie

Planète (France/Europe) - Ce qu’il faut savoir sur les scolytes, ces insectes ravageurs que l’Etat veut éradiquer



Planète (France/Europe) - Ce qu’il faut savoir sur les scolytes, ces insectes ravageurs que l’Etat veut éradiquer


TROP DE DÉGÂTS • Face à la prolifération des scolytes, des insectes qui déciment des forêts entières, un plan d’attaque renforcé est lancé pour protéger la filière bois et sauver les forêts d’un désastre annoncé

Il n’y a pas que les incendies qui ravagent nos forêts et spécialement nos épicéas. Il existe en effet une autre menace, silencieuse moins spectaculaire mais tout aussi dévastatrice: les scolytes. De redoutables insectes qui creusent des galeries dans les écorces des résineux pour y pondre leurs œufs et déciment des forêts entières.

Ces coléoptères sont ravageurs pour les écosystèmes forestiers. Si l’insecte, très friand des résineux, a d’abord et principalement attaqué le Grand-Est, c’est à présent la France entière qui est progressivement touchée. Face à l’ampleur des dégâts, l’État a organisé la réplique et prend ce lundi de nouvelles mesures drastiques pour tenter d’éradiquer cette menace. Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, en déplacement dans les Vosges, a ainsi présenté un plan national nommé «scolytes et bois de crise» car c’est toute la filière professionnelle du bois qui est mise en danger par ces attaques xylophages.

- C’est qui ces scolytes?

Ces petites bestioles ravageuses, longues de quelques millimètres, à la carapace marron, se nourrissent de bois. Les scolytes profitent du réchauffement climatique et sont particulièrement attirés par les arbres affaiblis ou stressés, notamment par des facteurs tels que la sécheresse, les tempêtes, les incendies ou les maladies. Ils creusent des galeries sous l’écorce des arbres, perturbant ainsi la circulation de la sève et affaiblissant progressivement l’arbre jusqu’à sa mort. Les scolytes peuvent se propager rapidement dans une forêt, entraînant la mort de millions d’arbres en peu de temps.

- Une attaque mondiale

Un impact sur les écosystèmes, mais aussi pour les professionnels de la filière bois. Ainsi, depuis 2018 le volume du bois touché est estimé à 37 millions de mètres cubes, et un cinquième des forêts de résineux sont touchées dans le grand quart Nord Est. Rien que pour l’année 2020, toujours en région Grand-Est, on estime à 3,3 millions de m3 de bois déclassés, c’est-à-dire qui ont perdu de leur valeur, attaqués par un insecte ou pour une autre raison de dépérissement, dont 1,8 million de m3 d’épicéas, estime l’Office national des forêts. Habituellement valorisés comme bois de charpente et de menuiserie, les épicéas attaqués par le scolyte sont déclassés par les scieurs, notamment à cause du développement d’un champignon qui accompagne les scolytes et qui vient bleuir le bois. Cet afflux inhabituel de bois dépérissant en France, mais aussi en Europe, a entraîné une chute des prix de ventes et une saturation du marché.

- Le choix des armes

Chimiques ou alternatives, telle est la question. Bien que la plupart des experts s’accordent sur la nécessité d’agir rapidement pour contrôler les populations de scolytes, il existe des débats et des controverses quant aux meilleures stratégies à adopter. Les scientifiques travaillent sur le développement de méthodes biologiques ou écologiques afin de réduire la dépendance aux pesticides et autres produits chimiques potentiellement nocifs. Néanmoins l’urgence de la situation nourrit bien des débats.

- Les armes de la riposte

Face à cette menace croissante, les autorités ont décidé d’intensifier leurs efforts. Ces mesures comprenaient notamment la surveillance accrue de ses populations parasites. Les agences gouvernementales et les chercheurs ont pour mission de détecter le plus rapidement possible tout signe d’infestation et de prendre des mesures préventives. Une surveillance, mais aussi la mise en place de zones de quarantaine dans certaines régions touchées pour limiter le déplacement des arbres infectés et réduire le risque de propagation des scolytes. Enfin, l’Etat tente de sensibiliser le public pour l'informer des risques mais aussi sur les mesures à prendre pour prévenir la propagation de ces parasites.

Ce lundi, le nouveau plan d’attaque «scolytes et bois de crise» prévoit d’améliorer les possibilités d’utilisation des bois scolytés, afin de favoriser leur débouché. «Il est indispensable de changer de posture et de se montrer proactif, de faire preuve d’inventivité et d’audace pour trouver collectivement des solutions à la hauteur des enjeux», a déclaré le ministre.

Les arbres attaqués pourront ainsi servir à alimenter des centrales biomasse. Pour cela, le gouvernement met en place une dérogation temporaire. Objectif, permettre le remplacement du bois frais par du bois résineux de crise (des sapins ou des épicéas secs ou attaqués par les scolytes). Autres mesures annoncées, le financement des nouveaux arbres plantés, en contrepartie de favoriser la diversification des essences lors du reboisement. Enfin, et non des moindres, une aide pour les professionnels du bois touchés par les scolytes afin de financer l’achat de machines… Car couper et écorcer les arbres, pour éviter que les scolytes ne se propagent à d’autres arbres sains à proximité, coûte cher…





Photo: Les scolytes, de redoutables insectes qui déciment des forêts entières et oblige à couper les arbres, notamment les épicéas. (Illustration) - G. Varela / 20 Minutes / 20 Minutes

Gilles Varela
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)