Algérie - Revue de Presse

Plan de relance économique à El Tarf



Pas un dinar pour la pêche Pas un seul des 180 dossiers présentés depuis 2003 n?a connu de suite à ce jour.Pas un seul dinar des 1,54 milliard prévus pour El Tarf dans le cadre du plan de relance économique de ce secteur n?a été versé, et on nous dit maintenant qu?il n?y a plus d?argent, alors que certains d?entre nous ont vendu leurs biens à des prix sacrifiés pour pouvoir s?acquitter du montant de l?apport personnel. » Les pêcheurs d?El Kala sont, une fois de plus, au bord de l?explosion. Cette dernière a failli avoir lieu il y a quelques mois, mais elle a été désamorcée par le wali qui avait appris à temps qu?un appel avait été lancé pour une marche pacifique des pêcheurs avec leurs familles. Autant dire toute la population d?El Kala. Ce jour-là, « le wali nous a dit que nous avions parfaitement le droit de savoir ce qu?il est advenu de l?argent du PSRE destiné à El Tarf, et lorsqu?on a demandé au ministère, on nous a répondu qu?il n?y a plus d?argent », atteste l?association des pêcheurs et des familles de pêcheurs d?El Kala. Beaucoup d?espoir avait en effet été placé dans la relance de cette activité, poumon économique de la région, considérée comme un rempart contre l?oisiveté et les fléaux sociaux qu?elle engendre spécialement le trafic et la consommation de stupéfiants. Dans le courant du premier semestre 2003, les premiers dossiers pour éligibilité à un crédit dans le cadre du PSRE de la pêche sont constitués par les patrons pêcheurs et autres investisseurs et déposés auprès de la direction des pêches d?El Tarf qui les transmet à la commission de wilaya présidée par le SG, contrairement à toutes les autres du pays où c?est le directeur de la pêche qui assure cette fonction. C?est à ce niveau que commencent les problèmes, puisque cette commission qui n?a d?avis à formuler que sur la conformité du dossier va user d?une prérogative qui ne lui est pas dévolue en rejetant certains dossiers, l?acquisition de nouvelles embarcations, et par la même occasion, tout le lot au motif que le demandeur ne dispose pas d?un poste à quai dans le port d?El Kala. Au ministère, le chargé de la communication contacté au moment des faits nous a répondu que le poste à quai n?est pas un préalable à l?éligibilité, car il relève de la responsabilité de l?Etat et que c?est à ce dernier que revient la tâche de le mettre à la disposition des armateurs. « En effet, nous a répondu le wali d?El Tarf, interpellé sur cette question, mais c?est moi qui vais avoir à supporter les conséquences si les embarcations sont livrées sans qu?il y ait de postes à quai. » Entre temps, les dossiers traînent en longueur, selon le ministère, avant d?être transmis à la commission nationale. Il y a divergence sur la question entre les deux administrations, mais en tout état de cause, lorsqu?on s?y intéresse au début de 2004, il ne reste plus un sou vaillant des 9,5 milliards de dinars du PSRE de la pêche. « Il n?y a pas de crédits ventilés par wilaya pour pouvoir dire que 1,4 milliard est réservé à El Tarf. Il y a une enveloppe globale, et elle est consommée au fur et à mesure de l?approbation des dossiers par la commission nationale », avons-nous appris auprès du ministère. On ajoute en aparté qu?« on ne peut pas se permettre de ne pas pénaliser des demandeurs potentiels dans le pays pour des fantaisies administratives locales. Cela fonctionne parfaitement avec Annaba et Skikda qui ont les mêmes problèmes ». Ce que confirment, en effet, les patrons pêcheurs d?El Kala qui se disent profondément affectés par cette dégradante élimination. « Depuis, rapporte encore nos interlocuteurs, nous n?avons pas cessé de nous inquiéter de l?évolution de la situation des 180 dossiers d?El Tarf. Au ministère, où l?on a fini par nous fermer les portes, à la wilaya et à la direction de la pêche, de promesses en promesses, on nous leurre en faisant miroiter des issues imminentes sans qu?il n?y en ait vraiment une seule depuis plusieurs mois. » Quelques amateurs ont reçu récemment une convocation de la BADR, ce qui aurait pu signifier qu?il y a du répondant ; mais au guichet, quelle n?a pas été leur déception lorsqu?on leur a dit que c?est juste pour constituer un autre dossier et que la banque n?est pas en mesure d?accepter les versements de l?apport personnel sans le feu vert du ministère. Le détail qui tue. Que nous reste-t-il à faire, se demandent les pêcheurs d?El Kala. Y a-t-il quelqu?un pour nous répondre ?


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)