Algérie - Revue de Presse

Oued Ksari



Les pilleurs de sable en force La décision prise par le wali de Tizi Ouzou, la semaine dernière, et ayant eu pour objet la fermeture de certaines sablières à l?échelle de la wilaya, n?a décidément pas réglé le problème de pillage du sable. Aussitôt la décision rendue publique, le phénomène resurgit pour prendre des proportions encore plus inquiétantes. Sur les rives qui entourent la localité de Oued Ksari, l?on relève ces derniers jours le retour en force des pilleurs de cette matière qui demeure précieuse tant pour les entrepreneurs que pour les constructeurs privés. Au lieudit Telatha, plus exactement au branchement de Borghni-Draâ El Mizan, à une dizaine de kilomètres au nord du chef-lieu de la commune d?Aït Yahia Moussa, l?on remarque ainsi, ces cinq derniers jours, une forte présence de jeunes pilleurs qui trouvent le terrain propice pour l?exercice de leur activité, eu égard à la demande croissante en matière de sable. La présence de camions, de tracteurs et des groupes de jeunes « armés » de leurs pelles est constatée sur plusieurs points par les passagers ayant eu à emprunter la RN25, reliant Draâ El Mizan à Tizi Ouzou, ou le chemin de wilaya reliant la localité de Boghni à Tizi Ouzou. Si les sites de la région qui demeurent caractérisés par leur richesse en matière de sable sont prisés par les jeunes pilleurs, c?est dû, en premier lieu, à l?absence des services de lutte contre l?extraction clandestine de cette matière. I Il suffit, en effet, aux transporteurs d?éviter le barrage dressé en permanence par les éléments de l?ANP au branchement Draâ El Mizan-Boghni pour pouvoir opérer dans une impunité totale sachant que, dans les cuvettes des oueds, aucun service de sécurité ne semble prêt à inquiéter les extracteurs. De leur côté, les jeunes pilleurs, de plus en plus nombreux à opter pour cette activité, restent conscients des risques sur la nappe phréatique et de l?environnement, la réponse quant à la question de leur recours à de telles pratiques fait toujours l?unanimité : pour faire face au chômage qui ronge des milliers de jeunes de la région, il n?y a que cette solution qui est loin d?être la meilleure. C?est pour cette raison que la décision de la fermeture de 9 sablières dans la wilaya de Tizi Ouzou a été applaudie dans les milieux juvéniles des régions comme Tlatha et Oued Ksari.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)