Algérie


Oudhias (Tizi Ouzou) - La vie associative: Sauver le patrimoine culturel local



Oudhias (Tizi Ouzou) - La vie associative: Sauver le patrimoine culturel local


La protection du patrimoine culturel local s’avère une nécessité absolue, compte tenu de la situation de ce dernier qui se trouve menacé de dégradation.

C’est dans cette optique que le mouvement associatif tend à s’intéresser à ce domaine. Des actions sont souvent entreprises pour préserver ce qui reste des vestiges historiques dans la wilaya de Tizi Ouzou.

L’association culturelle Agraw qui a vu le jour fin 2019 s’investit dans la protection du patrimoine dans la wilaya de Tizi Ouzou. Et pour entamer son plan d’action, cette nouvelle structure basée aux Ouadhias compte entreprendre, dans un premier temps, la restauration des maisons traditionnelles et la préservation de la poterie ancienne dans la région.

Madame Nadia Liani, présidente de l’association en question, souligne que les objectifs de celle-ci sont ambitieux.

«Nos objectifs s’articulent particulièrement autour de la préservation du patrimoine matériel et immatériel dans la wilaya de Tizi Ouzou. Nous voulons commencer par des actions dans les villages de la commune des Ouadhias. Nous allons ainsi procéder à la restauration d’une maison traditionnelle kabyle dans le village Taourirt Abdellah où se trouve le siège de notre association. A l’intérieur de cette maison, il y a d’anciens objets de poterie qui sont voués à la dégradation. Nous avons pris attache avec les propriétaires de cette maison qui nous ont donné l’accord d’exploiter les lieux et de restaurer les objets. Toutefois, à notre surprise, quelques jours plus tard, ces objets ont été dérobés par on ne sait qui. Nous avons dénoncé cet acte qui a ciblé la poterie qui date de plus d’un siècle. C’est toute une valeur symbolique qui est volée», déplore-t-elle tout en nous précisant que les membres de l’association Agraw veulent faire un musée de poterie, de tapisserie et d’autres objets anciens qui seront gardés dans un cadre organisé afin de revisiter, à chaque occasion, l’histoire de la région.

- Projet délaissé

Mme Liani nous a fait savoir également que les projets de son association visent à sauvegarder aussi le village d’Aït El Kaid, classé patrimoine national, mais délaissé par les autorités alors qu’il peut servir d’un lieu de détente et de tourisme solidaire par excellence.

«Nous voulons aussi restaurer les vieilles maisons des communes de notre daïra afin de les rendre attractives et en faire des gîtes d’hôtes pour les touristes qui veulent venir visiter les paysages de la daïra des Ouadhias qui dispose, faut-il le souligner, d’importants sites touristiques», a-t-elle indiqué.

La même association affiche des ambitions de se lancer dans un créneau porteur si leurs objectifs sont réalisés pour peu que cette dynamique s’inscrive dans la durée pour générer des possibilités de création de postes d’emploi dans le tourisme au pied du Djurdjura.




Photo: La restauration des maisons traditionnelles kabyles est l’un des objectifs tracés par les animateurs associatifs

Hafid Azzouzi


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)