Algérie

On vous le dit


-Quand l’Algérienne des eaux ne paye pas ses factures Une entreprise privée algérienne spécialisée dans la climatisation, qui a  réalisé des travaux  au laboratoire de la qualité de l’eau pour le compte de  l’Algérienne des eaux (ADE ), attend toujours  d’être payée. Le patron  de l’entreprise qui s’est présenté à la rédaction du journal n’arrive pas à comprendre les raisons  de cette lenteur bureaucratique. Il a ajouté  pourtant que les responsables de l’ADE  qui  avaient sollicité  l’entreprise en question étaient pressés de réaliser leurs travaux en vue de l’inauguration par le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal. L’on se rappelle  que l’Algérienne des eaux avait menacé à maintes reprises de poursuivre en justice «les mauvais payeurs...»

-Bencheneb au menu des Médersiens L’association des Anciens médersiens, présidée par le professeur Aït Belkacem Mourad, organise, ce jeudi, au Palais de la culture à partir de 18h, une conférence-débat animée par le professeur Belhadj Cherifi et ayant pour thème le  cheikh Bencheneb, l’un des premiers savants algériens à accéder à la fameuse faculté de la Sorbonne, où, du reste, il y a enseigné. Exégète, traducteur jurisconsulte, professeur philosophe, Bencheneb a marqué son époque (1869 – 1929) et les élèves qu’il a formés. Bencheneb, qui  a à son actif bon nombre d’ouvrages, a été membre de l’Académie arabe de Damas (1920).Le professeur Cherifi, qui a longtemps enseigné au lycée Amara Rachid de Ben Aknoun, tentera de livrer quelques facettes de ce grand penseur.

-Détournement à la banque El Khalidj El Arabi de Blida Le caissier de la banque privée  El Khalidj El Arabi ainsi qu’un importateur de produits pharmaceutiques viennent d’être placés en détention provisoire par le magistrat instructeur près le tribunal de Blida pour détournement d’argent. La genèse de l’affaire remonte au jour où cette banque a déposé plainte après avoir constaté un trou de 50 millions de dinars. Les éléments de la brigade économique et financière de la sûreté de wilaya de Blida ont alors diligenté une enquête judiciaire ciblant, entres autres, le caissier, âgé de 46 ans, et son complice, un importateur âgé de 34 ans. Ces deux derniers sont accusés d’avoir détourné,  à leur profit personnel, une importante somme d’argent estimée à environ 50 millions de dinars. D’après un communiqué de la Sûreté nationale, le caissier mis en cause a utilisé trois chèques de complaisance, dûment signés par son complice, tout en effectuant le retrait des fonds à partir de cette banque sans pour autant procéder à la comptabilisation de l’opération de retrait conformément aux règles comptables en vigueur. Il s’avère finalement que ce caissier n’est autre que l’associé effectif de l’importateur des produits pharmaceutiques.

-La vente de champignons interdite à El Tarf  Les champignons dont certaines espèces vénéneuses, dangereuses et méconnues ont provoqué de graves intoxications, viennent d’être interdits à la vente dans la wilaya d’El Tarf.  Pour des raisons de prévention, les champignons qui poussent en abondance dans les forêts de cette wilaya ne pourront plus être vendus, ni sur la voie  publique ni dans les marchés, a-t-on affirmé à la direction du commerce et des prix qui a averti que les  contrôles seront plus rigoureux pour empêcher toute tentative de mise en vente  de ce produit.  Les mêmes services ont soutenu que même si les champignons constituent  une source de revenus, notamment pour les riverains de la forêt, il n’en demeure  pas moins que la consommation de certaines espèces est «extrêmement dangereuse et peut même s’avérer mortelle».
 

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)