Algérie

«Nous voulons avoir notre propre ferme de vaches laitières»

«Nous voulons avoir notre propre ferme de vaches laitières»
- Quelle part du marché national revendiquez-vous 'Concernant les laits blancs, je dirais que nous avons 85% du marché national. Mais en dehors des laits blancs, nous n'avons pas de chiffres. On ne peut pas mesurer parce qu'il y a beaucoup de concurrences. Les boissons représentent à peu près 5% de notre chiffre d'affaires.- Il y a beaucoup de producteurs de boissons, ce qui n'est pas le cas pour le lait UHT...Il y a quand même huit fabricants de lait UHT. Mais nous avons été les premiers à faire du UHT conditionné en briques. Les autres sont arrivés à partir des années 2010.- Quel est votre champ de distribution 'Nous couvrons le territoire national et assurons la livraison de nos produits sur un rayon de 600 km. Nous arrivons jusqu'à Béchar, Maghnia, El Ayoun? et aussi Hassi Messaoud pour ce qui est du Sud. Au-delà, un relais est assuré, par exemple entre Hassi Messaoud et Tamanrasset. C'est-à-dire que nous avons nos propres distributeurs dans toutes ces régions d'Algérie que nous agréons avec la signature d'une charte Candia et à qui nous livrons, à notre charge, jusqu'à leurs propres dépôts.Ils ont la charge de vendre et de distribuer aux grossistes et aux détaillants avec leurs propres moyens, mais que nous définissons à l'avance au même titre que le zoning. Les politiques commerciale et de marketing sont dictées par la charte signée. Et nous mettons pour chaque distributeur un superviseur salarié par Tchin Lait.- Vous avez réduit de 10 DA le prix de la brique de lait demi-écrémé. A quoi répond votre démarche 'On ne fait que répercuter la baisse des prix de la poudre de lait sur le marché mondial. Lorsqu'elle était à un prix élevé, nous avions répercuté la hausse sur les consommateurs. Maintenant que les prix ont baissé, il n'y a pas de raison pour que nous ne répercutions pas la baisse. Ce n'est que de l'honnêteté et de la citoyenneté.- Produisez le lait Candia selon la même formule qu'en Europe 'La seule différence entre ce qui se fait en Europe chez Candia et chez nous, c'est qu'eux utilisent du lait de vache cru et nous de la poudre de lait qu'on reconstitue. En Europe, comme ils ont des excédents de lait de vache cru, ils le déshydratent en lui enlevant son eau et il devient de la poudre. Nous achetons cette poudre et nous lui rajoutons de l'eau.- Serez-vous amenés à utiliser du lait cru 'Oui, si les pouvoirs publics concèdent à nous aider en mettant à notre disposition du foncier agricole pour installer des fermes d'élevage de vaches laitières. Nous nous sommes déjà inscrits dans ce créneau.- Avez-vous un projet dans ce sens ' Peut-on en parler 'Un projet est en cours, mais il est encore tôt pour en parler. Il s'agit d'un projet de développement d'une ferme de vaches laitières pour subvenir partiellement aux besoins de lait cru à substituer à la poudre.- Et vous comptez le faire dans combien de temps 'Nous pensons réaliser 50% de cette ferme sur les cinq années à venir. Nous voulons faire notre propre grande ferme mais ce sera par étape, d'autant plus que ce n'est pas notre métier. Nous avons demandé au ministère de l'Agriculture de mettre à notre disposition des terres en concession pour cultiver le fourrage et, en même temps, créer une ferme pour le développement et la multiplication des vaches laitières que nous importerons. Devoir importer aussi la nourriture des vaches, cela élèverait le coût de revient du lait, donc autant utiliser la poudre...


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)