Algérie

Notre supplément économie avec la collaboration de «MAGHREB EMERGENT» : Spot universitaire sous le ciel assombri de l'automne

La conjoncture de l'automne 2012 est un enchevêtrement. Aux anciennes tensions s'ajoutent de nouvelles. Les anciennes d'abord. Les importations algériennes coûtent de plus en plus cher. En surcoût de fret. Les ports sont sous-équipés. Les armateurs sont étrangers. 650 millions de dollars de facture additive car la négociation est asymétrique et les délais de passage interminables pour les marchandises. C'est là un vieux problème qui enfle. Et que rattrape un problème émergent. L'inflation. Elle court vers les 8% à la fin de l'année. De toute évidence, c'est la croissance rapide de la demande solvable qui en est la principale cause. Mais pas seulement. L'offre n'est ni suffisante ni concurrentielle. Sans compter que le maintien d'un système de soutien des prix anormalement large en gamme de produits, déforme toute la donne. Et profite aux voisins. L'inflation passe en 2012 de la colonne de l'actif à celle du passif dans le bilan de l'action économique du gouvernement. Il en sera beaucoup question dans les mois qui viennent. L'enchevêtrement apporte aussi des surprises. Le plan de dépenses en équipement de l'Etat va continuer de baisser en 2013 après avoir été sabré d'un tiers en 2012. Dégât collatéral, le secteur des assurances en souffre. La couverture des risques industriels, un tiers du chiffre d'affaires environ, est en berne. Et là aussi rien ne va s'arranger l'année prochaine. Il faut bien se consoler de quelque chose dans ce capharnaüm désolant. En regardant vers pire. Vers l'Espagne peut- être. Où le défaut de paiement pointe à nouveau du nez après la baisse de sa notation par Standard and Poors. Madrid n'est plus qu'à un palier du risque spéculatif. Une horreur pour les titres souverains du pays. Il fallait mieux utiliser les bonnes périodes de finances publiques. C'est un peu ce que fait le recteur de l'université de Béjaïa, le professeur Merabet Djoudi. Il nous l'explique dans un entretien qui peut à lui seul suffire à ne pas sombrer dans la sinistrose.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)