Algérie - Revue de Presse

Naufrage du Béchar



Les ratages de la CNAN et d?Air Algérie Il aura fallu exactement 72 heures pour que la dépouille mortelle du jeune Ould El Bey, naufragé du Béchar en rade d?Alger, puisse rejoindre sa ville natale et y être inhumée. En effet, l?identification du corps était intervenue samedi matin, ce qui obligera deux de ses frères à se rendre immédiatement à Alger pour le ramener. Mais une fois au niveau de l?aéroport, les deux frères seront confrontés à de sérieuses perturbations. Alors que le vol initial était prévu à 17 h, ils se feront délivrer des cartes d?accès sur un vol de midi. Dès que le vol a été annoncé, ils prirent soin d?informer leur famille qui attendait à Mostaganem. Assisté par ses proches, le père décidera que l?enterrement aura lieu après la prière du Asr (16 heures). C?est ainsi qu?il accomplira la aârida, un rituel typique à Mostaganem qui consiste à effectuer une procession funéraire à travers les principales artères de la vieille ville. Précédés d?un crieur attitré, famille et proches se retrouveront au niveau de la place centrale pour recevoir les condoléances et annoncer par la même occasion l?heure et le lieu de l?enterrement. Entre-temps, à l?aéroport, point d?avion sur le tarmac. Pendant qu?à Tigditt, la foule grossissait autour de la maison du défunt, le vol Alger-Oran était sans cesse retardé. Ce qui obligera la famille Ould El Bey à reporter la mise en terre à plus tard. Finalement, ce n?est qu?à 22 h que l?avion atterrira à Es Sénia, ce qui obligera les concernés à déposer le cercueil au niveau de la morgue du CHU d?Oran jusqu?au lendemain. Découverte sept jours après le naufrage, ce n?est que lundi matin, soit 72 heures plus tard, que la dépouille arrivera enfin à destination. Après un bref détour par la maison familiale, ce sera la longue procession vers le cimetière de Sidi Othmane où le défunt reposera désormais. Après le dédain inexplicable qui suivra le naufrage, CNAN Group aurait pu se rattraper en convoyant plus diligemment la dépouille jusqu?à son lieu de résidence. Car, comme le fera remarquer un proche de la famille, avec une simple ambulance climatisée, le trajet Alger-Mosta aurait pu s?effectuer par route en moins de cinq heures. Ce qui aurait épargné à la famille une aussi longue attente et tant de déboires.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)