Algérie

NAHD

NAHD
Le malaise qui ronge le groupe husseindéen a atteint hier un nouveau chapitre. La pression qui s'est installée au sein de l'équipe vient de libérer ses premières étincelles. Une prise de becs a eu lieu à la fin de la séance d'hier entre l'entraineur Youcef Bouzid et Mohamed Herida. L'accrochage aurait pu prendre une tournure plus grave si ce n'était l'intervention des agents de sécurité du complexe Bensiam ainsi que certains présents. L'annonce de la liste des joueurs convoqués pour le match de Bel-Abbès est à l'origine de cet incident. Voilà les détails de ce qui s'est passé réellement entre Bouzidi et Herida à la fin de l'entrainement.Le joueur aurait demandé des explications !L'entraineur Youcef Bouzidi a rendu publique la liste des 18 et à la surprise générale, quatre titulaires du précédent match face à la JSK n'y figuraient pas. En effet, Gasmi, Herida, Ghazi et Benamara n'ont pas été retenus pour le match de samedi face à l'USMBA. Herida a demandé des explications à son entraineur dans la mesure où il n'était pas médiocre face aux Kabyles et a convenablement tenu son rôle défensif. D'ailleurs, aucun défenseur n'assume la responsabilité du but et c'est, avant tout, toute l'équipe qui est passée à côté ce jour-là. En toute amabilité, le deuxième capitaine du Nasria s'attendait à une explication «technique» avant qu'il ne soit choqué par la réplique de son coach.Bouzidi : «Tu voulais à tout prix écoper du rouge face à la JSK»La réponse de Youcef Bouzidi à l'encontre de Mohamed Herida a été entièrement hétéroclite : «Tout le monde a fait son constat lors du match perdu face à la JSK. Tu cherchais le rouge depuis le coup de sifflet. Tu voulais à tout prix écoper du rouge face à la JSK.» Un son de cloche qui a laissé le joueur perplexe. L'entraineur accuse carrément son joueur d'être à l'origine d'un complot qui vise sa mise à l'écart. Sans preuve matérielle, Bouzidi incrimine Herida d'avoir levé le pied contre la JSK. Pour quelles raisons Herida lèvera-t-il le pied à la 2e journée du championnat ' La réponse est chez Bouzidi...«C'est moi le patron et j'assume mes responsabilités»A la fin de l'engueulade et après l'intervention des gens pour séparer les antagonistes, Bouzidi a lâché : «En tous cas, c'est moi le patron ici et je prendrai les décisions qui arrangent le groupe et le club. J'assume entièrement mes responsabilités.» Tout ce qu'on souhaite au Nasria, c'est de revenir de Bel-Abbès avec un bon résultat quelle que soit l'équipe qui le fera.Herida : «Certains étaient médiocres mais seront présents à Bel-Abbès»Atteint dans sa dignité, Mohamed Herida est resté calme devant les attaques de son entraineur tout en déclarant que les propos de son coach sont infondés et aliénés : «Je pense que je n'étais pas aussi nul, au contraire, j'ai fait mon travail convenablement et j'ai surtout la conscience tranquille. Il fallait changer toute l'équipe alors, mais malheureusement certains étaient médiocres mais seront présents à Bel-Abbès.» Il fallait crever l'abcès à l'issue de la défaite contre les KabylesCe qui s'est passé jeudi matin à Bensiam à la fin de l'ultime séance d'entrainement avant le match capital de samedi face à l'USMBA était prévisible et inévitable. Pour la simple raison, la pression n'a pas été apaisée après la défaite à domicile contre la JSK, notamment à l'issue des rumeurs qui ont accompagné ce revers. L'entraineur Youcef Bouzidi est allé décompresser en Tunisie avec le président Bachir Ould Zemerli et le secrétaire général Mohamed Houali sans se soucier des conséquences des rumeurs balancées par certains perturbateurs. Il fallait crever l'abcès 48 heures après la défaite contre les Kabyles et pas deux semaines après.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)