Algérie

N’étant pas perçue comme faisant partie de l’«Axe du mal»

Des «alliés» pour le nucléaire civil de l’Algérie Avec l’annonce officielle par l’ambassadeur des USA à Alger, M. Robert S.Ford, concernant l’intention de son pays d’assister l’Algérie dans le développement du nucléaire civil, les Etats-Unis rejoignent donc l’Union européenne (UE) qui s’était déjà exprimée sur la question. Cette dernière s’est montrée disponible à accompagner notre pays à réaliser cette ambition, à condition, cependant, qu’il remplisse ses engagements envers l’Europe concernant la production de l’électricité. Dans un entretien accordé à La voix de l’Oranie, Hassan Toufik, P-dg de la compagnie Neal (New Algérie Energie), affirme que «l’Algérie doit honorer ses engagements envers l’Europe dans le domaine de la production de l’électricité solaire pour bénéficier du soutien et de l’assistance des 25 de l’UE dans le développement du nucléaire civil». Cette nouvelle société, qui a vu le jour avec la promulgation de la nouvelle loi sur l’électricité qui ouvre la porte au privé algérien pour investir dans le domaine de l’énergie, a pour mission de promouvoir l’investissement des énergies renouvelables, fondamentalement dans le marché de l’électricité et le carburant. Actuellement, ladite société a approuvé trois projets de l’énergie renouvelable et se fixe comme objectif de couvrir 5% du marché national et d’exporter 6.000 mégawatts vers l’Europe d’ici 2015. «L’énergie renouvelable n’est plus perçue comme un aspect écologique, mais un aspect alternatif», explique Hasni Toufik qui ajoute que «l’Algérie est actuellement le pays qui dispose du plus important potentiel au monde de la production de l’énergie solaire. Une capacité qui représente 10 fois la consommation des pays du bassin méditerranéen et 4 fois la consommation mondiale. Les projets de production de l’électricité à base d’énergie solaire, systématiquement réalisés dans le cadre du partenariat étranger seront choisis à base des tarifs les plus bas et les plus compétitifs, nous dit-on. La production de cette électricité solaire sera accompagnée d’un processus qui consiste à mettre en place tout un technopôle qui regroupe les chercheurs, les producteurs et les universitaires, à l’image du Centre de recherche dans le domaine des énergies renouvelables de l’Espagne, considéré actuellement comme le plus important dans le monde. A une question de notre journal pour savoir si la ratification par l’Algérie de la Convention internationale contre la prolifération des armes nucléaires l’empêchera de développer le nucléaire à des fins civiles, le P-dg de «Neal» affirme que, «précisément, le fait que notre pays soit signataire de cette convention est un élément qui nous facilitera l’accession à la technologie de l’énergie nucléaire. Mais, vu que le nucléaire est d’abord une affaire de sécurité mondiale, l’Algérie a porté son choix sur le développement des énergies renouvelables afin d’assurer sa crédibilité envers l’Europe et nos partenaires étrangers. Ces derniers se disent prêts à aller avec nous dans le nucléaire si cette énergie se présente comme une deuxième alternative nécessaire à l’économie de notre pays». Signalons que l’Algérie dispose de deux réacteurs nucléaires expérimentaux en activité depuis 1995, à Draria et Aïn Oussara. Les deux réacteurs sont placés sous le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui les inspecte régulièrement.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)