Algérie

MOURAD MEDELCI : «Notre diplomatie n'est pas une diplomatie déclarative»

MOURAD MEDELCI : «Notre diplomatie n'est pas une diplomatie déclarative»
Sollicité hier, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la diplomatie algérienne, pour une information sur la situation des otages algériens au Mali, le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, est resté sur ses affirmations de toujours.
«La diplomatie algérienne n'est pas une diplomatie déclarative», a-t-il soutenu, rassurant, néanmoins, par un «nous suivons les dossiers au jour le jour». Vraisemblablement, l'opinion ne saura pas de sitôt ce qui est advenu des otages algériens détenus au Mali depuis le 5 avril dernier. «Ce genre de dossiers requiert une certaine discrétion», a souligné Medelci. Un argument qu'il n'a de cesse de mettre en avant, notamment depuis que, menaçant, le Mujao a affirmé qu'il avait exécuté l'un des quatre membres de la mission consulaire algérienne restés otages après la libération de leurs trois collègues. Le ministre des Affaires étrangères, s'exprimant plus largement sur la diplomatie algérienne, a déclaré que «la diplomatie algérienne est omniprésente. Elle est née avant l'Algérie». Mourad Medelci, qui s'est contenté d'une brève allocution à l'ouverture de la journée dédiée à la diplomatie algérienne et animée par l'ancien chef du gouvernement Smaïl Hamdani, a dû reprendre la parole pour s'exprimer sur cette actualité de la veille : les incidents devant l'ambassade d'Algérie à Tripoli, en Libye. Pour le ministre, ce ne sont que des incidents minimes, même s'il y a lieu de les déplorer. Medelci a rappelé que les Libyens restent des frères. «La Libye est un pays voisin, et avec qui nous avons de très bonnes relations.» S'il a consenti ce commentaire à propos des incidents d'après-match Algérie-Libye, qui ont eu pour théâtre non pas le stade Tchaker à Blida mais la proximité de l'ambassade d'Algérie à Tripoli, Medelci n'a rien voulu déclarer à propos du Sahel. «Il est préférable de laisser les sujets chauds pour un autre jour. Nous parlerons de ce qu'il faut quand il le faut.» Animant une conférence à l'occasion, Smaïl Hamdani a retracé l'itinéraire de la diplomatie algérienne depuis avant l'indépendance, s'appesantant sur les négociations puis la signature des accords d'Evian. L'exposé de l'ancien chef du gouvernement a été didactique. Soulignons également que des distinctions ont été remises aux familles de diplomates algériens assassinés dans l'exercice de leurs fonctions ou victimes du terrorisme. Les distinctions ont été remises aux familles, notamment de Mohamed Seddik Benyahia, Bachir Bentayeb, Abdelkader Bellazoug, Azzedine Belkadi, Abdelaziz Bellani, Saleh Fellah, Mohand Lounis et Ali Belarouci.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)