Algérie

Mostaganem - Portrait Mohamed Belhor, un fleuriste qui égaie la ville des mimosas



Mostaganem - Portrait Mohamed Belhor, un fleuriste qui égaie la ville des mimosas




Mohamed Belhor est un fleuriste qui voit la ville en rose.

Plantée à la placette de la mairie de Mostaganem, sa boutique est, le moins qu’on puisse dire, un lieu paradisiaque. Sa devanture aux couleurs tendres et ses vitrines agencées avec goût attirent illico les passants. En y entrant, d’emblée, on est ébloui par la beauté du lieu et enivré par les parfums des roses.

Au milieu de ce jardin, le jeune artiste Belhor s’affaire tantôt par-ci retaillant une rose, tantôt par-là arrosant une plante, veillant ainsi à ce que ses fleurs ne perdent rien de leur splendeur. Sa rencontre avec ce métier s’est faite un peu par hasard: «A la base, je suis un artiste-peintre et j’étais bénévole à la zaouia Alawiaa, à Janet El Arif, où je participais au jardinage et à l’entretien des fleurs avant que cela ne devienne une vraie passion pour moi. Donc, j’ai décidé d’en faire mon métier.»

Profitant du manque de fleuristes dans la ville de Mostaganem, Mohamed Belhor se présente à l’APC pour demander un local et voit son rêve se réaliser.

«Il est vrai qu’aujourd’hui les jeunes ne cherchent pas à se casser la tête, ils cherchent tous un moyen de faire rentrer le maximum d’argent en un minimum de temps, ce qui fait que les fast-foods et bureaux de tabacs pullulent, au détriment d’autres commerces, qui s’effacent avec le temps», nous confie Belhor.

Le métier de fleuriste exige un amour inconditionnel, un savoir-faire et surtout beaucoup de patience. Car les techniques d’art floral ne sont pas innées.

«Bien que ma boutique soit ouverte 7j/7 et qu’il y a un autre fleuriste à côté de l’hôpital, le métier de fleuriste demeure très rare à Mostaganem», nous informe Mohamed Belhor, ajoutant: «Là où je suis installé, il serait beau et bon qu’il y ait d’autres fleuristes. La demande est si grande qu’elle pourrait être partagée par plusieurs fleuristes».

C’est inadmissible que Mostaganem ne soit pas dotée d’un potager, alors que son climat est propice pour cela.

«Au lieu d’importer les fleurs de l’étranger, qui perdent tout leur rayonnement en conservation, et qui, en plus, sont chères, il serait plus judicieux que l’on cultive nos fleurs ici, d’autant plus que les agronomes disent à l’unanimité que notre climat est le meilleur au monde pour les fleurs».

En Algérie, il y a Blida (la ville des Roses) qui est leader de ce secteur et qui distribue ses produits dans toute l’Oranie.

«Vous vous rendez compte que Dubai, qui a un climat aride, est aujourd’hui le premier exportateur de tulipes! Que serons-nous devenus avec tous les avantages naturels qu’on possède», regrette-il.

Malgré la rareté des fleuristes à Mostaganem, les habitants de la ville des mimosas n’ont pas renoncé à leur engouement pour les fleurs croyant au renouement de leur ville avec l’art floral.

Salim Skander

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)