Algérie

Mohammed Dib, de Brême à Tlemcen, ou le dialogue des cultures

«Tous liens rompus», tel est le slogan choisi par l?association culturelle La Grande Maison relevant de la Fondation Mohammed Dib (Tlemcen) et l?atelier de théâtre de l?université de Brême (Allemagne) pour le spectacle commun qu?ils ont donné dans la soirée du lundi dernier à la maison de la culture Abdelkader Alloula.

La salle de spectacle de la maison de la culture Abdelkader Alloula de Tlemcen a abrité, dans la soirée de lundi dernier, un spectacle commun donné par l?association culturelle La Grande Maison, relevant de la fondation Mohammed Dib (domiciliée à El-Méchouar) et le département de français de l?université de Brême (Allemagne).

En guise de lever de rideau, il a été proposé au public trié sur le volet la projection d?un court métrage intitulé « Tout va bien » du jeune réalisateur Benhamed Noureddine (membre de la dite association), adapté du roman «L?accompagnatrice » (1935) de l?auteure russe Nina Berberova, dont le tournage (à Tlemcen) a pris trois jours avec un casting puisé des membres de l?association (atelier de théâtre Dar Sbitar). »L?absurdité du sort et l?injustice de la vie», tel est le propos de ce film de fiction, selon le réalisateur, un thème qui rappelle étrangement « L?étranger » (1942) d?Albert Camus et son mythe de Sisyphe (porté à l?écran en 1967 par le réalisateur italien Luchino Visconti).

Il convient de mentionner à ce titre qu?après la tenue du colloque « Littérature et cinéma » en 2006, l?idée de créer un atelier de cinéma germa et fit son chemin. A cet effet, un stage fut organisé au siège de l?association (janvier 2007) avec l?aimable concours de l?association « Pêcheurs d?images » de Lunel (Montpellier). Dans le sillage de cet échange, d?autres activités virent le jour, à savoir la création d?un sous-atelier d?écriture de scénario, un stage d?initiation aux métiers du cinéma à l?université Paul Valéry de Montpellier, des rencontres dans le cadre des journées du cinéma méditerranéen organisées par l?ASNPI de Lunel (France), l?écriture, la réalisation et le tournage d?un court métrage « Tout va bien » à partir d?un texte de Nina Berberova et d?autres à partir de l?oeuvre de Mohammed Dib : « Mille hourras pour une gueuse», dont le tournage se déroula en mars 2008 à Grau-du-Roi (Montpellier ) avec un casting composé de trois jeunes acteurs de l?association (Fewzi-Farah-Sanaa) sur Montpellier, plus précisément à Grau-du-Roi. Les jeunes acteurs scénaristes avaient été accueillis par l?ASCMPI (Association Pêcheurs d?images). La réalisation du court métrage était confiée à M. José Hernandez, réalisateur et membre de l?ASCMPI. Le tournage dura plusieurs jours. Le montage fut réalisé en atelier à Tlemcen en février 2008 avec José Hernandez. Le court métrage avait été présenté d?abord à Lunel pour le Festival du cinéma méditerranéen en mars 2008, puis à Tlemcen en mai 2008. Quant au spectacle scénique présenté sur les planches, il était basé sur un montage poétique animé par une troupe « mixte » comptant 24 comédiens (dont 11 Tlemcéniens et 13 Brêmois), qui ont eu à déclamer sur un fond chorégraphique et musical (guitare basse et percussion, outre les jeux de lumière) respectivement des poèmes de Mohammed Dib (Ombre Gardienne, L?Aube point, Sur la Terre errante, Port, Complainte, Etranger, Les statues, Tel jour, Tänzerin, Ponts) et des poèmes allemands de Bertolt Brecht (Bezeichnung Emigranten), Mascha Kaleko (Inventar) et Hilde Domin (Exil et Silence). Une mise en scène signée conjointement par Ginsburger Bernard (U. Brême) et Kara Slimane Fawzi (GM Tlemcen), le projet étant organisé par le duo Arend Elisabeth et Benmansour Sabéha.

 

Poétique de l?exil

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)