Algérie - Revue de Presse

Mobilis



2 millions de SMS pendant l?Aïd Le SMS prend aujourd?hui un ascendant significatif en termes d?utilisation. Un chiffre permet de réaliser l?engouement pour ce type de minimessages : pendant le premier jour de l?Aïd El Adha 1,2 million de SMS ont été envoyés pour souhaiter une bonne fête, selon des informations recueillies auprès de l?opérateur public Mobilis. Le deuxième jour, il a été enregistré 800 000 envois. En tout, Mobilis a enregistré près de 2 millions de SMS. Rappelons que pour la seule nuit du réveillon, le réseau Nedjma a comptabilisé 500 000 SMS et 20 000 MMS. Malgré un début d?utilisation jugé timide, le SMS est devenu un véritable phénomène de société. Les raisons sont multiples : donner une info stockée, dire des choses intimes qui passent mieux qu?au téléphone, ne pas déranger les correspondants et limiter la facture. Un SMS est un message de 160 caractères maximum. Son trajet se décompose en deux temps : il va tout d?abord être transmis à l?opérateur qui va le centraliser avant de le réacheminer au destinataire du message, le tout s?effectuant en quelques secondes (comme un e-mail). Le message parvient à destination même lorsqu?un portable est en veille ou ne capte pas dans la zone dans laquelle il se situe. Le coût d?envoi reste inférieur à la moindre conversation téléphonique. Par ailleurs, Mobilis a enrichi son site Internet d?une galerie photos où l?on trouve des photos de la conférence de presse du lancement de la phase expérimentale de l?UMTS et la soirée du millionième abonné. L?opérateur veut jouer à fond la carte de l?information en consacrant un espace presse où l?on trouve des communiqués de presse, des dossiers, des alertes mail/SMS et Mobilis actualités.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)