Algérie - Revue de Presse

Mine de rien !



Sale temps pour les bourses modestes. Sans crier gare, en catimini, les prix des fruits et légumes grimpent « dangereusement » et flirtent avec des cimes plutôt inaccessibles. Et c?est le moins qu?on puisse dire. Vieille rengaine qu?on récite machinalement, mais avec un « exquis » éc?urement qui vous étreint la gorge. Au hasard d?une pérégrination dans quelques marchés supposés populaires, j?ai pu prendre rapidement la mesure d?une atmosphère assez brûlante. Une cour des miracles avec une mercuriale qui se digère comme une éponge et ressemble plus à une couronne d?épines. Chauds les marrons. Des courgettes à 100 DA, des haricots verts à 140 DA, de la tomate à 70 DA, des poivrons à 120 DA. Que du bonheur, et de la mansuétude pour les honnêtes gens. La spéculation se refait une santé sur le dos des consommateurs qui sont placés entre le marteau et l?enclume. Comme toujours. Si le vice n?existait pas, il faudrait certainement l?inventer pour pimenter nos fêtes si singulières. Une aubaine pour commerçants et négociants véreux. Expérience vaut mieux que science, semblent décréter nos irascibles récidivistes. Le client est une cible potentielle qu?on « flingue » sans autre forme de procès, sans rémission et flamberge au vent. L?esprit de rapine, ça se conserve. Et tous les coups sont permis. On a beau crier à l?arnaque, dénoncer, rouspéter. Tout cela, donne l?impression de couler comme l?eau sur un vitrail. Et rien n?augure d?une prise de conscience salvatrice ou d?une « croisade » que l?on souhaite aussi accablante que Seif El Hadjadj. Quand daignera-t-on mettre un holà définitif ? Ce sera peut-être à une autre époque et avec d?autres hommes.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)