Algérie

Meurtre d’un transporteur clandestin

L’un des accusés, condamné à 10 ans de réclusion après pourvoi Accusé dans une affaire d’homicide volontaire avec préméditation, association de malfaiteurs et vol qualifié, B.K. a été condamné, par le tribunal criminel d’Oran, à la peine de dix années de réclusion, après pourvoi. Signalons que le mis en cause, déjà jugé, a été condamné à la peine de quinze années de réclusion. Les faits de cette affaire remontent à l’année 2003, lorsque quatre jeunes, dont B.K., ont pris un taxi clandestin au niveau de Sig et lui ont demandé de les accompagner à Arzew. Une fois arrivés à un bar de cette commune, ils se sont ravitaillés en bière et ont repris le même transporteur clandestin. Cette fois-ci à destination de Chehaïria. En cours de route, ils ont demandé à leur victime de stopper, pour un besoin urgent. Or, les malfrats avaient un plan diabolique en tête, ils ont porté au transporteur clandestin plusieurs coups de couteau, dont deux à la carotide. La victime a été laissée gisant dans une marre de sang. Les malfrats sont repartis à bord de son véhicule. Ils ont fait une virée mais, lorsqu’ils ont su que le véhicule était recherché par la police, ils se sont rendus et ont avoué leur forfait. Ils ont expliqué aux policiers qu’ils étaient sous l’effet de l’alcool. Jugés une première fois, les quatre mis en cause ont écopé de la peine de quinze ans de réclusion. B.K., qui avait à l’époque reconnu les faits, dira, par la suite, qu’il n’était pas maître de ses facultés lorsque le crime a été commis et rejettera ce grief. Suite à la première condamnation, il interjettera un pourvoi en cassation. Appelé, hier à la barre, B.K. maintiendra ses dires, affirmant qu’il n’a rien à voir dans ce crime. M. le juge, certes je n’étais pas en possession de mes facultés mentales mais je suis formel, je n’ai ni tué, ni agressé mortellement personne. Lors de son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis, à son encontre, la peine de quinze ans de réclusion. La défense plaidera la non-culpabilité pour le grief d’homicide et les circonstances atténuantes pour les autres faits. Au terme des délibérations, le mis en cause écopera de la peine de dix ans de réclusion. Hasna Y.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)