Algérie

Mettant à profit le silence des responsables

Des prédateurs squattent les caves à Arzew A Arzew, cet important pôle de l’industrie pétrochimique et ville touristique, la situation de l’environnement n’est pas plus brillante que dans les villes dites pauvres et sans ressources. A Haï Emir Abdelkader, plus communément appelé Plateau, des prédateurs ont squatté la plupart des caves des immeubles relevant du patrimoine immobilier de l’OPGI. Ceci se passant à visage découvert et au vu et au su de tout le monde, des responsables de l’OPGI en premier lieu, personne n’a daigné bouger le petit doigt pour mettre fin à ces pratiques et faire respecter la loi. Agissant à leur guise, les prédateurs ont occupé les caves et les ont dotées de portes, fenêtres et autres issues. Cependant, les lieux n’étant pas aérés mais soumis à un fort taux d’humidité, ce sont surtout les enfants qui subissent les contrecoups de la bêtise et de la cupidité de leurs géniteurs. Toujours à propos de ces caves, nos sources assurent que les prédateurs ne se contentent plus de les squatter mais qu’ils se livrent à un commerce juteux qui leur rapporte gros. Le silence des autorités locales et des responsables de l’OPGI aidant, des courtiers et autres spéculateurs s’en donnent à cœur joie et exploitent, à leur seul profit, ce nouveau filon. Ainsi, une fois squattée et transformée, la cave passe allégrement d’une main à l’autre, moyennant de fortes sommes. Se présentant en tant que propriétaires, les squatters les revendent à des acquéreurs peu ou pas du tout regardants, apprend-on encore. Face à cette situation et au laisser-aller, les citoyens, respectueux de la loi mais qui continuent à vivre l’enfer du fait de la crise de logement, reprochent aux responsables de ne rien faire pour arrêter le massacre. Y a-t-il quelqu’un, à Arzw, pour remettre de l’ordre dans cette jungle ? Seddiki M. & N.M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)