Algérie - Energie

Medgaz: la décision d’investissement signée jeudi à Madrid


La décision d’investissement pour la réalisation du projet transcontinental du gazoduc «Medgaz», devant relier l’Algérie et l’Espagne, sera signée ce jeudi 21 décembre, à Madrid lors de la réunion du conseil d’administration de la société Medgaz.

La réunion du CA de Medgaz permettra tout d’abord de déterminer d’une manière définitive le montant de l’investissement nécessaire à la construction du tronçon sous-marin du gazoduc situé dans les eaux internationales, qui, pour rappel, s’étend sur une distance de 200 km. Le montant de cet investissement avoisinerait les 630 millions d’euros, selon des estimations communiquées auparavant.

Le Conseil d’Administration de Medgaz aura également à fixer la participation de chaque partenaire dans ce projet, en fonction des quantités de gaz achetées, mais aussi à déterminer l’adjudication des contrats pour la réalisation des travaux.

Conformément aux statuts de Medgaz, la Société nationale des hydrocarbures Sonatrach, et le groupe pétrolier espagnol Cepsa, actionnaires majoritaires, disposent de deux représentants chacun au sein du conseil, alors que le reste des partenaires ont un représentant chacun. Le P-DG de la Société nationale des hydrocarbures Sonatrach, M. Mohamed Meziane, avait indiqué récemment que Sonatrach sera actionnaire majoritaire dans la société Medgaz, avec une participation qui atteindrait environ 36% du capital de la société (au lieu des 20% initiaux).

Cette revue à la hausse des actions détenues par Sonatrach a été rendue possible, après le retrait des compagnies britannique BP et française Total de l’actionnariat de Medgaz (12% des actions du capital de la société chacune). Leurs participations ont été rachetées par le reste des associés, en accord avec lesdits statuts. Ainsi, les actions de Sonatrach et Cepsa sont passées de 20 à 26% et celles de Endesa, Iberdrola et Gaz de France de 12 à 16% .

GDF a signé, le 11 décembre dernier, un contrat d’achat de gaz de près d’un milliard de m3 à travers le futur gazoduc, élevant le volume global déjà vendu par Sonatrach à près de 5,2 milliards de m3. Le reste (quelque 2,8 milliards de m3) sera écoulé sur les marchés espagnol et français. Auparavant, les partenaires espagnols avaient signé des contrats similaires: Cepsa et Endesa, pour un volume de 1,6 milliard de m3 chacune, et Iberdrola 1 milliard de m3.

Long de 1.050 km, (550 en territoire algérien, 200 sous la mer et 300 en territoire espagnol), Medgaz aura une capacité initiale de 8 milliards de m3/an, extensible à 16 milliards de m3. L’entrée en service du gazoduc, qui ouvre une nouvelle route d’exportation du gaz naturel algérien vers l’Europe via l’Espagne, est prévue fin 2008 début 2009.

Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, avait annoncé que la partie du gazoduc en territoire algérien sera achevée avant 2008. Côté espagnol, les autorisations administratives et environnementales ont été octroyées. Le ministère de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce a accordé dernièrement l’autorisation pour la construction dans la province d’Almeria (sud de l’Espagne), des installations du tronçon du gazoduc sous-marin et terrestre (47.097 m), compris entre les limites des eaux territoriales espagnoles et le terminal de réception.

La construction du gazoduc terrestre en Espagne a été confiée à l’entreprise nationale du gaz Enagas qui gère l’ensemble du réseau gazier en Espagne. Le ministre espagnol de l’Industrie, Joan Clos, a déclaré récemment que Medgaz sera construit selon le «calendrier fixé», soulignant que le projet constitue une «priorité absolue» pour le gouvernement espagnol.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)