Algérie

Mazout à haut taux d’eau à Oran


Le gérant d’une station d’essence sous contrôle judiciaire Depuis quelque temps, à travers Oran, les automobilistes ne parlent plus que du mazout contenant un taux élevé d’eau, assez pour faire «couler» les moteurs… Ceci a amené certains à avancer qu’il ne s’agissait en fait que d’une rumeur destinée à nuire à certaines stations d’essence. Or, comme il n’y a jamais de fumée sans feu, voilà que l’affaire traitée au courant de cette semaine par la brigade économique et financière (BEF) de la Sûreté de wilaya, vient de confirmer les rumeurs. L’enquête a été déclenchée à la suite de l’enregistrement de deux plaintes de victimes originaires de la wilaya de Tlemcen. Ces dernières se sont rendues à la station d’essence du quartier des HLM Gambetta où elles ont fait le plein de mazout. Or, le carburant s’est avéré être de mauvaise qualité car contenant une importante quantité d’eau, ce qui a endommagé les moteurs de leurs voitures. Ayant présenté leurs véhicules à des mécaniciens, les deux victimes ont appris que c’était la mauvaise qualité du mazout qui avait gravement détérioré les moteurs qui ne pourront plus redémarrer, ajouteront-ils. Installer un nouveau moteur était la seule solution pour pouvoir continuer à rouler, mais à quel prix ! Les deux victimes ont finalement décidé de déposer plainte puisque le préjudice est sérieux, et surtout coûteux. En fait, le coût d’un moteur neuf varie entre 15 et 30 millions de centimes ; il peut même atteindre la centaine de millions s’il s’agit d’une grosse cylindrée. La brigade économique et financière ayant enregistré les plaintes, a commencé par faire des prélèvements du mazout au niveau des cuves de la station indiquée. L’analyse des échantillons effectuée par le laboratoire de la sûreté de wilaya révèlera la présence d’un taux élevé d’eau dans le carburant, ce qui est anormal et ne peut se produire que par un ajout de quantités considérables d’eau dans les cuves. Le gérant a été alors interpellé. Présenté lundi dernier au juge d’instruction près le tribunal d’Es-Seddikia, B.K. a été mis sous contrôle judiciaire. Le chef d’inculpation retenu contre lui est fraude dans la qualité. Selon des indiscrétions, les deux victimes ne sont pas les seules à avoir subi ce préjudice ; des dizaines d’autres automobilistes ont subi le même sort, que ce soit au niveau de la station d’essence suscitée ou d’autres de la wilaya d’Oran.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)