Algérie

Maghlaoui à l'ENTV Fin annoncée du monopole d'Air Algérie


L'Algérie n'est pas disposée à ouvrir le ciel à la concurrence, tant que les conditions ne sont pas réunies.            C'est ce qu'a affirmé le ministre des Transports, Mohamed Maghlaoui, invité ce samedi, de l'émission forum de la télévision nationale. Maghlaoui évoquera cependant, l'ouverture à la concurrence du marché intérieur à la fin 2009. Il sera ainsi dominé par la compagnie nationale Air Algérie avec Tassili Airlines, et avec l'aide d'avions taxis. Il y a peut-être lie u de rappeler en ce sens, les dernières déclarations du ministre faisant état de la création d'une filiale de Air Algérie qui prendra en charge le réseau domestique. Mohamed Maghlaoui, interpellé par un journaliste sur les exigences de l'adhésion de l'Algérie à l'OMC, affirmera que l'Organisation mondiale du Commerce n'exige pas d'ouvrir le ciel algérien pour le moment. Et d'expliquer que l'Algérie est en train de négocier avec l'OMC des échéances pour les prestations de services. Dans ce cadre, devait-il affirmer, l'ouverture du ciel algérien à la concurrence ne se fera pas avant 2009. Le ministre des Transports fera remarquer par ailleurs, que le billet d'avion Air Algérie, entre Alger et Tamanrasset, coûte moins cher, qu'un billet entre Alger et Paris, soulignant que la première desserte est largement plus longue que la seconde. C'est pourquoi, devait-il expliquer, la compagnie nationale bénéficie d'une aide de l'Etat de 2 milliards et demi de dinars. Ceci, selon le ministre, pour promouvoir les destinations du Sud algérien. Pour clore ce chapitre, Maghlaoui dira que les vols à l'extérieur à partir de l'Algérie sont ouverts à la concurrence et de parler d'une quinzaine de compagnies qui viennent à l'aéroport d'Alger. Interpellé sur la situation des handicapés par rapport aux moyens de transport en Algérie, l'invité du Forum de l'ENTV soulignera tout l'intérêt qu'accorde l'Etat à cette catégorie de la société, et affirmera que pour les handicapés que ce soit en avion, en train ou en car, le transport est gratuit. Auparavant, le ministre des Transports mettra en avant les efforts consentis par l'Etat à travers différents programmes dans le secteur et mentionnera en ce sens une enveloppe de 1.370 milliards de dinars. Et de parler de projets structurants, pour citer la modernisation des chemins de fer (dédoublement de voie, et de son électrification), également de la création de nouvelles lignes dans la région des Hauts Plateaux. Il citera également le projet du métro d'Alger, des tramways dans les principales villes du pays, des téléphériques, et de la création d'entreprises de transport urbain dans dix villes algériennes. Enfin, il citera la création de 25 gares routières. En ce qui concerne le métro d'Alger, le ministre dira que les travaux seront terminés en 2008. Abordant le sujet des permis de conduire, Maghlaoui reconnaîtra qu'il y a une partie de fraude sur le volet de l'examen théorique (code de la route) et annoncera que prochainement, l'examen théorique sera informatisé. Ce qui réduira, dira-t-il, les tentatives de fraudes et améliorera l'enseignement du code de la route. Interpellé sur le projet du train des Hauts Plateaux, le ministre dira que le projet existe depuis 20 ans et que la ligne de chemin de fer entre Batna et Bordj Bou-Arreridj a été réalisée et va jusqu'à M'sila. Sauf que cette ligne nécessite, devait-il préciser, l'installation des moyens de communication et le système de signalisation, assurant qu'elle interviendra avant 2008. Au sujet du gel des licences taxis, le ministre dira qu'il n'y a pas de gel et de souligner que sur les 12.000 licences octroyées à Alger, seulement 70 % sont exploitées. Abordant le problème des transporteurs urbains devenus, selon l'expression d'un journaliste, des « marchands de la mort », Maghlaoui rassurera en disant que le ministère est en train de renouveler toutes les autorisations du transport urbain, selon un nouveau cahier des charges. Cependant, devait-il préciser, normaliser 70.000 transporteurs demande du temps. En effet, il parlera d'une période de trois ans, pour rendre les 70.000 transporteurs en conformité avec les normes internationales. Parlant du plan de circulation de la capitale, Maghlaoui dira que le dossier est sur la table du gouvernement. Et d'expliquer que dans la capitale, il n'y a pas de transport de masse. Ceci pour dire qu'avec la réalisation du métro, du tramway, des téléphériques... on peut parler de plan de circulation à Alger. Pour le ministre des Transports, le choix entre le train à grande vitesse et la vitesse moyenne, a été fondamental. Et d'expliquer que c'est un choix du président de la République, estimant qu'au lieu de faire un TGV qui profite à une minorité de citoyens, il était préférable de toucher avec le chemin de fer les citoyens de toutes les régions du pays, selon le principe de la répartition équitable de l'argent du pétrole. Pour Maghlaoui, il faut parler du TGV dans le cadre du plan directeur des chemins de fer couvrant la période 2010-2025. A l'horizon 2009, il s'agit de s'atteler à relier par rail Béchar à Oran; Skikda, Annaba et Jijel à Touggourt et plus tard Hassi Messaoud, Tiaret à Batna... Le ministre des Transports parlera aussi de l'accord intervenu entre son département et la SNVI pour la construction de nouveaux bus aux normes internationales et adaptés au transport urbain.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)