Algérie

Mabrouk


Non, ils ne sont pas venus en habit de fête. Ils s?en vêtiront au retour à la maison. Car, dans ce genre de rassemblement, se mélangent le bon et le douni.

Il y avait là le commerçant qui croit dur comme fer que commercer c?est surtout transformer sa bonne conscience en attestation de moeurs de bonne honorabilité à l?afficher sur sa jellaba blanche, pour que les tiroirs-caisses résonnent au rythme des magouilles de l?arrière-boutique où l?on peut vendre n?importe quoi à n?importe quel prix, ce qu?il a fait Ramadhan durant.

Il y avait ici encore l?artiste beau parleur qui pense mordicus que la phraséologie est cette langue-épée aiguisée qui planifie les parcours sur les mers pour ouvrir la voie du bonheur et de la satiété grâce au chant dini.

Il y avait là, enfin, les représentants d?eux-mêmes qui ne savent pas ou feignent de ne pas savoir que la représentativité est la douloureuse charge de servir les autres et que la responsabilité de faire la courte échelle à une population tout entière nécessite la hauteur d?âme des anges et l?humilité des prophètes pour que l?histoire soit reconnaissante des services et des bienfaits rendus.

Tous et tout le monde faisaient tout et disaient tout sur les impératifs de changement, et chacun priait, les bras tendus vers le ciel, affinant le « amiiiiine » bourré d?arrière-pensées.

Mais une chose est cependant certaine: nul n?était bien dans sa peau et l?emportement excessif de chacun, qui tend à devenir notre caractéristique dominante, est un des symptômes de notre déchirure individuelle et collective. Nous ne savons plus, par exemple, quel sentiment adopter devant la pluie. Faut-il être mécontent comme des citadins de souche que nous feignons d?être, ou faut-il avoir la joie des paysans que nous cherchons à dissimuler ? Pauvres de nous, artificiels et vulnérables, à l?image des prix du pétrole et des « embraboussades » qui changent de look !




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)