Algérie - Revue de Presse

Lutte contre les discriminations à l'emploi



Des mesures, mais pas de loi Une « boîte à outils » contre les discriminations dans le monde du travail a été proposée jeudi par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à l'issue d'une conférence sur l'égalité des chances dans l'entreprise réunissant syndicats, patronat et ministres concernés. Cette boîte à outils reprend notamment les propositions contenues dans le rapport remis en novembre 2004 au Premier ministre par Claude Bébéar, fondateur du groupe Axa, dont le CV anonyme et les « contrats de confiance stage ». Les discriminations raciales dans les entreprises sont aujourd'hui reconnues et ont fait l'objet de nombreux rapports. Dans un rapport remis en novembre au Premier ministre Claude Bébéar avait dressé un constat inquiétant : les jeunes issus des quartiers en difficulté sont en moyenne trois à cinq fois plus au chômage que les autres. Parmi les plus diplômés, le taux de chômage chez les Français de naissance est de l'ordre de 5%, contre 11% chez les Français « par acquisition » et 18% pour les étrangers hors Union européenne. Une étude de l'observatoire des discriminations, publiée en mai 2004, a confirmé l'ampleur des pratiques discriminatoires. Réalisée à l'aide de curriculum vitæ anonymes, elle a révélé que seuls 5 % des recruteurs avaient retenu un candidat d'origine maghrébine en vue d'un entretien d'embauche, contre 30 % pour le candidat « standard blanc de peau ». La sélection des candidats à l'embauche en France est davantage basée qu'ailleurs sur l?âge, le diplôme et l'apparence physique, ce qui risque de conduire à une exclusion « précoce et massive de candidats sur la base de critères discutables, voire injustes », selon une étude du Centre d'études de l'emploi. Pour remédier à cet état de fait et pour faciliter l'accès à un premier entretien d'embauche, le gouvernement français préconise l'installation dans les entreprises d'une cellule indépendante de la direction des ressources humaines qui recevrait les CV afin de les rendre anonymes. D'autres propositions sont formulées autour de trois thèmes : l'accès à la formation, l'embauche et la promotion professionnelle. Le gouvernement et les partenaires sociaux se sont engagés à relancer la négociation collective en matière de lutte contre les discriminations au travail. Ernest-Antoine Seillière, président du Medef, a salué une « prise de conscience générale en France » qui fait que l'égalité des chances est désormais « un objectif national et républicain ». « Les entreprises sont au premier rang de ce combat », a-t-il assuré. Des chartes « de la diversité » ont été signées par des syndicats (CFDT, CGT, CFTC et Unsa), une quarantaine de grandes entreprises, mais aussi des grandes écoles et des universités. Le 22 octobre 2004, 35 dirigeants ont signé une charte de la diversité par laquelle ils s'engageaient à rechercher la diversité dans leur recrutement. Cependant, les mesures que le gouvernement préconise sont simplement incitatives, elles ne feront pas l'objet d'une loi comme cela a été le cas pour d'autres situations discriminatoires (parité hommes / femmes).


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)