Algérie

Lutte contre le diabète

Un nouveau consensus thérapeutique Les nouvelles recommandations de pratique clinique pour l?ajustement des traitements du diabète ont été présentées samedi à Paris par l?Association américaine du diabète (ADA) à des spécialistes du Moyen-Orient et d?Afrique. Cette rencontre de grande envergure, organisée par l?ADA en collaboration avec le laboratoire Sanofi Aventis, se veut une ressource didactique, selon les organisateurs, pour les spécialistes afin d?aider les médecins d?Afrique et du Moyen-Orient à se familiariser avec le nouvel arbre décisionnel recommandé par l?ADA dans le traitement du diabète. Placé sous le thème « Unis contre le diabète », ce séminaire d?une journée a permis à plus d?une dizaine de médecins spécialistes algériens de prendre connaissance, pour la première fois, de ces recommandations qui consistent à soulager le malade de sa souffrance et à être indépendant. Ces recommandations comportent plusieurs axes, à savoir le dépistage, la prévention et le traitement. Ce programme de formation, qui a déjà été présenté en 2007 aux pays de la région Asie Pacifique, sera proposé à la communauté médicale d?Amérique latine en avril 2008. Lors de cette journée, les membres de l?association ont pu présenter à la centaine de médecins et à des journalistes le nouvel algorithme de consensus élaboré par l?ADA et l?Association européenne de l?étude du diabète (EASD) relatif à l?ajustement du traitement du diabète de type 2. Ce nouveau consensus consiste en l?amélioration de la prise en charge des patients souffrant de ce type de diabète et les aider à se faire suivre et à se contrôler. Il est ainsi question de faire respecter certains principes relatifs au suivi. Sachant que le nombre de diabétiques à tendance à augmenter dans le monde, particulièrement dans les pays en voie de développement, les conférenciers ont axé leurs interventions sur la nécessité de réduire le taux de l?hémoglobine HbA1c. L?hémoglobine est la partie des globules rouges qui transporte l?oxygène. Le glucose sanguin se lie de manière irréversible à l?hémoglobine, formant ainsi le HbAc1. Plus le sang contient du glucose, plus la quantité d?HbAc1 est importante. « C?est ce taux qui doit être réduit et les spécialistes recommandent d?atteindre un taux aussi proche que possible de la normale, à savoir inférieur à 6%. Comme ils recommandent aussi un changement de mode de vie et l?instauration d?un traitement, dans un premier temps, avec un antidiabétique oral. Ce schéma sera par la suite élargi à d?autres médicaments tous les trois mois et passer à de nouveaux schémas thérapeutiques si la glycémie cible n?est pas atteinte », ont expliqué les membres l?ADA lors d?une conférence de presse organisée à l?issue des travaux du séminaire avant de préciser que l?insulinothérapie basale sera ajoutée tôt chez les patients qui n?atteignent pas les taux cibles d?HbAc1. « L?insuline basale est un moyen efficace et pratique car elle permet de stabiliser la glycémie dans son intégralité », a expliqué le docteur John B. Buse, le président de science et médecine à l?ADA, un des orateurs du séminaire. Rappelons que 171 millions de personnes dans le monde sont diabétiques. Un chiffre qui devrait atteindre 300 millions d?ici à 2025. Le Moyen-Orient et l?Afrique sont considérés les plus touchés dans le monde avec une prévalence estimée en 2007 à 9,4%. Les taux de prévalence du diabète et du prédiabète révélés par des études réalisées dans six pays de la région se situent parmi les dix les plus élevés du monde.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)