Algérie

Lutte contre l’analphabétisme


Notre pays compte sept millions d’analphabètes C’est en effet le chiffre qui a été annoncé ce mercredi par le directeur régional de l’office pour la lutte contre l’analphabétisme, lors d’un point de presse qu’il avait animé au siège de l’office. Le phénomène est un problème national qui doit être étudié et pris en charge d’une manière rationnelle, cependant l’animateur tient à faire une nette distinction entre l’analphabétisme dit classique et celui dit moderne. Le premier concerne les individus ne sachant ni lire ni écrire, alors que le second vise la tranche des personnes n’ayant aucune notion de l’utilisation de l’outil informatique. Ce dernier est devenu actuellement indispensable pour toute activité quotidienne. Le programme mis en place adopte une stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme et a pour but l’éradication du phénomène d’ici à l’horizon 2015. Il faut toutefois savoir que les statistiques concernant ce fléau, sont assez alarmantes, puisque en Algérie 7 millions de nos concitoyens sur une population d’environ 35 millions d’habitants, ne savent ni lire ni écrire. Ce chiffre est considéré par les responsables comme très important. Les zones rurales sont généralement les plus touchées par le phénomène avec notamment un taux très élevé chez la gente féminine qui avoisine les 60 %. Plus particulièrement, la wilaya d’Oran compte environ 200.000 analphabètes, soit 20 % de la population concernée à travers tout le territoire national. Les 24 centres répartis à travers le pays paraissent bien dérisoires devant l’ampleur du phénomène, mais pour permettre à la stratégie mise en place d’atteindre les objectifs escomptés, une importante enveloppe financière a été dégagée. Ainsi, environ 300 milliards de centimes ont été débloqués pour réaliser le programme national, dont 150 milliards de centimes pour la seule wilaya d’Oran. Concernant l’encadrement humain, 500 formateurs seront affectés aux différents centres de formation. Cependant, et contrairement aux expériences précédentes, ces formateurs auront tous un niveau universitaire et subiront des stages en cours d’année, pour permettre de suivre et d’apprécier le degrés d’évolution des différentes formations subies. Les résultats de campagnes aussi sensibles que celle concernant la lutte contre l’analphabétisme, restent le plus souvent tributaires du facteur temps, et l’impact escompté ne se fera ressentir qu’à moyen ou à long terme. Notons aussi, que le chiffre avancé de 7 millions d’analphabètes, inclue aussi une frange de la population dite du troisième âge, ce qui se répercute négativement sur les chiffres globaux, et permettent en même temps d’afficher un certain optimisme quant aux résultats attendus.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)