Algérie

Londres dans les starting-blocks DES DELEGATIONS DES JO ONT COMMENCE À ARRIVER SUR LES LIEUX

Londres dans les starting-blocks DES DELEGATIONS DES JO ONT COMMENCE À ARRIVER SUR LES LIEUX
Première mise à l'épreuve des contrôles à l'aéroport, premiers athlètes débarquant au Village Olympique, inauguration des couloirs de circulation et ouverture du centre antidopage : Londres s'est mis à l'heure Olympique lundi, à onze jours de l'ouverture des JO. A l'aéroport d'Heathrow, déjà au bord de la saturation en temps normal, le personnel était sur le pied de guerre pour faire face à un afflux de 237 000 passagers dans la journée, dont un millier de membres de la «famille Olympique», médias, athlètes et encadrement. Un record absolu. L'équipe de voile américaine et les canoéistes italiens ont été parmi les premiers des 350 sportifs attendus, à poser pour les photographes à leur arrivée. Des centaines de volontaires ont été chargés d'accueillir les délégations et de les conduire jusqu'aux cars à destination du site olympique de Stratford, dans l'est de Londres. Dans le village flambant neuf, drapeaux et banderoles ont été déployés sur les balcons en l'honneur des nouveaux arrivants: «Australie, Australie, Australie, ouais, ouais, ouais», proclamait l'une d'entre elles. Athlètes et officiels doivent être logés dans 2 818 appartements, répartis dans onze résidences. 10 490 sportifs sont inscrits aux JO. Après la polémique suscitée par les interminables files d'attente à l'immigration, le gouvernement a promis que les agents aux frontières seraient «en formation Olympique», grâce aux renforts prévus. Londres, dont le réseau de transport congestionné est considéré comme le talon d'Achille des JO, a aussi inauguré, lundi, son premier «couloir olympique» sur l'autoroute M4 reliant Heathrow au centre-ville. Au total, la capitale disposera de 48 km de ces files censées éviter aux VIP de se retrouver coincés dans les embouteillages. Un autre maillon du dispositif Olympique est entré en action, lundi : le laboratoire chargé des tests antidopage, fonctionnant 24 heures sur 24 avec un effectif d'un
millier de personnes. Quelque 5 000 prélèvements doivent être effectués durant les JO et la moitié des athlètes seront soumis à ces analyses, une opération d'une ampleur inégalée selon les organisateurs. Mais à onze jours de la cérémonie d'ouverture, toutes les difficultés sont loin d'être aplanies, notamment en matière de sécurité. La presse s'interroge ainsi sur les conséquences du retentissant fiasco de la société G4S, qui a obligé l'armée à mobiliser en catastrophe 3 500 soldats supplémentaires en lieu et place de gardes privés. La police a aussi dû déployer davantage d'hommes que prévu pour remplir des fonctions dévolues à des entreprises privées de sécurité.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)