Algérie

Logement social


1.870 unités disponibles pour la ville d’Oran Après plusieurs années d’attente, la commune d’Oran réceptionnera prochainement un important programme de logements sociaux comprenant 1870 unités. Ce quota sera bientôt entre les mains de la commission de daïra qui devra statuer sur l’attribution de ces logements, conformément à la nouvelle réglementation qui confie cette tâche aux commissions de distribution des daïras, après avoir relevé pendant plusieurs années du ressort des commissions communales. Pour rappel, la commune d’Oran avait refusé, il y a quelque temps de cela, d’assurer la distribution d’un quota de 90 unités, eu égard au nombre particulièrement important des postulants aux logements inscrits à la formule sociale. Depuis, les seules attributions faites, l’ont été au titre des programmes spéciaux à l’exemple des relogements d’urgence des familles occupant des habitations menaçant ruine ou celles qui se sont effondrées. Des opérations, tient-on à préciser, qui relèvent du ressort exclusif des autorités administratives. En plus dudit programme disponible, il sera prochainement procédé au lancement d’un autre programme de 1000 logements. Nos sources confient qu’en raison de l’absence d’assiettes foncières pouvant accueillir ce genre de logements, destinés à la frange sociale démunie, ce programme ne sera pas réalisé à Oran même. Pour ces raisons, les logements projetés seront réalisés dans le POS (plan d’occupation du sol) numéro 50 se trouvant sur l’axe de l’USTO. S’agissant de l’entreprise qui devra construire ces logements, nos sources déclarent qu’il s’agit de l’entreprise turque Koçuglu qui remporté le marché y afférent et qu’elle est la deuxième boîte turque après «Atlas Génie-Civil» qui a réalisé une partie des logements de la première tranche du programme des Planteurs, à s’installer à Oran. A propos justement des Planteurs, on rappelle que les 1000 unités restantes seront également livrées cette année. On assure aussi que les programmes spéciaux destinés à la prise en charge des habitants des bidonvilles viendront s’ajouter à ces réalisations. Par ailleurs, il importe de souligner qu’à Oran, le nombre de postulants à la formule de l’habitat social n’est pas encore arrêté et que le recensement n’a pas été réactualisé depuis les années 1995. Dans ce cadre, on rappelle aussi que, quelque temps seulement après son installation comme wali d’Oran, M. Sekrane Tahar avait annoncé le lancement d’une opération pointue et sophistiquée pour assainir l’ancien recensement des demandes au logement social à la lumière des nouvelles données faisant état de la reconversion de centaines de postulants au logement social à celui dit socio-participatif ou à la formule location-vente. S. Amel
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)