Algérie - A la une

Libye : séduite, puis abandonnée Edito : les autres articles



Libye : séduite, puis abandonnée Edito : les autres articles
La frontière séparant la Libye et le Niger est baptisée «morsure de serpent». Cette appellation a pris brusquement toute sa signification. Le 23 mai dernier, un double attentat-suicide a fait 35 morts au niveau de la garnison d'Agadez et du site de la Somaïr, à Arlit. Les coupables ' Des djihadistes en provenance de Libye. Quoi de plus évident depuis maintenant deux années que le Sud libyen est devenu un sanctuaire djihadiste et que l'arsenal d'El Gueddafi traverse allègrement les frontières d'un Sahel ouvert aux quatre vents. Le gouvernement nigérien, surpris par ces «visiteurs» explosifs, a tôt fait d'appeler la communauté internationale à «aider la Libye à se stabiliser». C'est un signal de détresse que le régime de Mahamadou Issoufou a lancé en direction des alliés occidentaux qui avaient certes brisé les reins du guide libyen, mais avaient aussi donné un second souffle à une faune d'islamistes djihadistes. Pas sûr que Washington, Londres, Paris et Doha puissent donner suite aux supplications du président nigérien. Son appel risque de se perdre dans les sables mouvants du Sahel.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)