Algérie

Les Tunisiens en proie à la soif En plein été

Les Tunisiens en proie à la soif En plein été
Les perturbations d'approvisionnement en eau potable qui se poursuivent dans plusieurs régions de la Tunisie sont à l'origine de plusieurs protestations des populations qui menacent désormais des grèves générales. La Société tunisienne d'exploitation et de distribution des eaux qui a annoncé dimanche que l'approvisionnement en eau potable avait été rétabli dans plusieurs régions du pays a indiqué que les perturbations se poursuivront notamment dans les localités de Monastir, Mahdia et Sfax appelant à une consommation rationnelle de cette ressource. Les habitants de la ville de Berjis dans le gouvernorat de Mahdia ont fermé la route pour protester contre les coupures d'eau qui s'ajoutent aux problèmes sécuritaires et de chômage d'autant plus que leur situation ne leur permet pas de s'offrir de l'eau minérale. Dans les gouvernorats du Kef et de Gafsa, les habitants sont sortis pour exprimer leur "mécontentement" quant aux coupures d'eau alors que "leurs maisons étaient inondées en hiver". Par ailleurs, les paysans notamment de Béja et Jendouba ont appelé les autorités concernées à "intervenir en urgence" pour rétablir l'approvisionnement en eau destinée à l'irrigation pour sauver leurs cultures et leur bétail.
Dans les villes de Meknassi et Menzel Bouziane les habitants ont protesté contre les coupures d'électricité qui sont à l'origine de l'arrêt des pompes à eau, du matériel médical des hôpitaux et des boulangeries. Le ministre tunisien de l'Agriculture, Mohamed Bensalem, a déclaré récemment qu'une panne électrique était survenue causant l'arrêt du système de pompage d'eau approvisionnant plusieurs régions du nord, du centre et du sud du pays. Par ailleurs, les autorités locales ont affirmé avoir engagé des contacts avec la Société tunisienne de l'électricité et du gaz et les services du génie rural à travers lesquels il a été convenu de trouver une "solution momentanée" consistant en la mise en place de générateurs permettant le pompage des eaux.
Les perturbations d'approvisionnement en eau potable qui se poursuivent dans plusieurs régions de la Tunisie sont à l'origine de plusieurs protestations des populations qui menacent désormais des grèves générales. La Société tunisienne d'exploitation et de distribution des eaux qui a annoncé dimanche que l'approvisionnement en eau potable avait été rétabli dans plusieurs régions du pays a indiqué que les perturbations se poursuivront notamment dans les localités de Monastir, Mahdia et Sfax appelant à une consommation rationnelle de cette ressource. Les habitants de la ville de Berjis dans le gouvernorat de Mahdia ont fermé la route pour protester contre les coupures d'eau qui s'ajoutent aux problèmes sécuritaires et de chômage d'autant plus que leur situation ne leur permet pas de s'offrir de l'eau minérale. Dans les gouvernorats du Kef et de Gafsa, les habitants sont sortis pour exprimer leur "mécontentement" quant aux coupures d'eau alors que "leurs maisons étaient inondées en hiver". Par ailleurs, les paysans notamment de Béja et Jendouba ont appelé les autorités concernées à "intervenir en urgence" pour rétablir l'approvisionnement en eau destinée à l'irrigation pour sauver leurs cultures et leur bétail.
Dans les villes de Meknassi et Menzel Bouziane les habitants ont protesté contre les coupures d'électricité qui sont à l'origine de l'arrêt des pompes à eau, du matériel médical des hôpitaux et des boulangeries. Le ministre tunisien de l'Agriculture, Mohamed Bensalem, a déclaré récemment qu'une panne électrique était survenue causant l'arrêt du système de pompage d'eau approvisionnant plusieurs régions du nord, du centre et du sud du pays. Par ailleurs, les autorités locales ont affirmé avoir engagé des contacts avec la Société tunisienne de l'électricité et du gaz et les services du génie rural à travers lesquels il a été convenu de trouver une "solution momentanée" consistant en la mise en place de générateurs permettant le pompage des eaux.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)