Algérie

Les ressources mobilisées jugées insuffisantes: Pas de renouveau agricole sans eau

Seuls 5.000 hectares sont irrigués sur une superficie de terre cultivable de 131.000 hectares dans la wilaya de Constantine, soit un taux de 1,7%. Une situation qui constitue un handicap de taille quant à la réalisation des objectifs ambitieux assignés par les autorités agricoles de la wilaya à la filière de production des légumes, dont le développement dépend surtout des eaux stockées dans des retenues collinaires et accessoirement des précipitations.

Pour des besoins en matière d'irrigation de 24 millions de m3 d'eau, seuls 16 millions de m3 se trouvent actuellement mobilisés au niveau de 9 retenues collinaires, sur les 13 existantes à travers le territoire de la wilaya, mais dont trois sont envasées et qu'il faut draguer, et celle située près de la ville de Aïn Smara, consacrée à l'AEP de la ville.

C'est ce que nous déclare le président de la commission de l'agriculture de l'APW, Kamel Hazmoune, qui regrette « les milliards de m3 d'eaux pluviales de cette année généreuse, qui se perdent encore une fois dans les oueds, pour finir dans la mer, sans que le secteur de l'irrigation n'en bénéficie pour servir le développement de l'agriculture projeté ». Et notre interlocuteur d'ajouter « que le résultat pour le secteur de l'irrigation est ainsi fort peu reluisant, en ce sens que les volumes d'eau emmagasinés ne permettent pas une extension significative des superficies consacrées aux cultures des légumes, surtout lorsqu'on sait qu'elles sont de grosses consommatrices de ce précieux liquide ». A titre d'exemple, notre interlocuteur cite qu'un hectare de pomme de terre peut consommer jusqu'à 6.000 m3 avant sa récolte, et celui de la tomate qui nécessite pas moins de 7.000 m3, etc. C'est dire l'importance des quantités d'eau à mobiliser, à telle enseigne, dira-t-il, que « sans eau, il n'y aura pas de renouveau rural». Et de poursuivre dans le même cadre : «Si pour les grandes cultures (blé, orge...), la clémence du ciel en précipitation peut suffire, pour les cultures qui nous intéressent, c'est loin d'être le cas.

Aussi, pour accroître les étendues de terre qui seront destinées au développement de la production de légumes de toutes sortes, pas moins de cinq projets de retenues collinaires sont actuellement en cours de réalisation, qui entreront en activité à partir de cette fin d'année».

Zighoud Youcef abritera le plus important de ces ouvrages, avec une capacité de 485.000 m3, El-Khroub avec 350.000 m3 et Aïn Smara pour les trois dernières, avec 57.000 m3 pour le plus petit ouvrage et un total de 123.000 m3 pour les deux autres.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)