Algérie

Les promesses de Dahou Ould Kablia


C?est sur fond de contestations et de vive tension que s?est tenue hier au siège de la wilaya une rencontre présidée par le ministre délégué auprès du ministre de l?Intérieur et des Collectivités locales, chargé des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, et à laquelle ont pris part les autorités locales, les représentants des cités en préfabriqué et des membres d?associations locales. Il faut dire que pendant ce temps, des émeutes avaient éclaté dans la commune voisine de Chettia et des parents de jeunes arrêtés s?étaient regroupés devant la wilaya pour réclamer la libération de leurs enfants. D?emblée, l?envoyé de Belkhadem, comme il l?a annoncé, a déploré les troubles que connaît la wilaya et la tournure prise par ces événements et a dénoncé « l?immixtion de parties étrangères au dossier », lesquelles, d?après lui, « ont politisé l?affaire et lui ont donné une autre dimension ». Allusion certainement au RCD dont le groupe parlementaire s?est solidarisé avec les sinistrés de Chlef et a dépêché des députés aux deux procès reportés du président de la coordination des cités en préfabriqué poursuivi par le wali de Chlef pour ses déclarations sur ce dossier. Il a fait part aussi de « la détermination de l?Etat à poursuivre et à condamner sévèrement les auteurs des dégâts matériels causés aux biens publics », indiquant que « 95% des personnes arrêtées n?avaient rien à voir avec l?affaire du préfabriqué ». Il va jusqu?à déclarer que certaines d?entre elles sont « des repris de justice, d?autres étaient en état d?ébriété au moment des faits ». Avant de donner la parole aux représentants des sinistrés, Ould Kablia a précisé que les débats doivent être axés essentiellement sur le dossier en question et que les autres problèmes sociaux ne sont pas à l?ordre du jour, car ils concernent, d?après lui, toutes les régions du pays. Une façon aussi d?évacuer les revendications des jeunes ayant manifesté ces trois derniers jours pour se faire entendre par les pouvoirs publics. Il provoquera par ailleurs de vives contestations dans la salle lorsqu?il avancera le chiffre de « 2000 sinistrés », se basant sur un bilan de la wilaya. Le président de la coordination des cités en préfabriqué, qui était à l?époque vice-président de l?APC de Chlef, lui fera savoir, en guise de réponse, que le nombre exact de logements détruits par le violent séisme de 1980 s?élève à plus de 18 000 unités. A l?occasion, il réitérera les revendications des familles concernées, à savoir rester sur les lieux et bénéficier de l?aide de l?Etat pour pouvoir remplacer ou réhabiliter les 20 000 baraques dont la durée de vie est largement dépassée, comme l?a reconnu publiquement hier le ministre délégué chargé des Collectivités locales. Dans ce cadre, M. Yacoubi a demandé le maintien et l?application du dispositif de soutien financier contenu dans la loi de finances de 2007. Celui-ci, pour rappel, avait été supprimé dans l?actuelle loi de finances à la demande, semble-t-il, du ministère de l?Intérieur. Il prévoyait l?octroi d?une aide de 1 million de dinars à chaque famille sinistrée. De son côté, Ould Kablia a promis de réétudier la question en annonçant la création d?une commission locale composée des président de l?APW et de l?APC de Chlef, des représentants de la coordination des cités en préfabriqué et des services concernés. Cette commission devrait plancher immédiatement sur le sujet en arrêtant les propositions en matière de prise en charge des revendications des sinistrés. Néanmoins, beaucoup de Chélifiens restent sceptiques quant à l?aboutissement de leurs demandes, estimant que cette façon d?agir n?est « porteuse d?aucune évolution positive dans la gestion de ce dossier sensible qui traîne depuis 27 ans ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)