Algérie

Les Professeurs Mourad Taleb, Boudraâ et Kandil honorés


Le ministre de la Santé et de la population, M. Amar Tou, s'est refusé à tout commentaire sur la pénurie des médicaments, dénoncée par les pharmaciens. Venu, hier, à Oran pour assister au 16ème Congrès national de chirurgie générale, organisé par la Société algérienne de chirurgie à l'EHU, le ministre n'a pas voulu répondre aux questions des journalistes concernant ce problème, en insistant que sa présence est dans le cadre de cette rencontre scientifique et les questions à poser doivent tourner autour de ce sujet uniquement. Au même moment, un médecin au CHU d'Oran a tenté d'attirer l'attention de M. Tou sur le manque de médicaments au niveau de cet établissement, «non pas à cause de l'indisponibilité de ces produits», dira-t-il, mais de la mauvaise distribution. Les malades sont privés de deux médicaments, les ?'MUREL', pour les malades chroniques et les interférents pour l'hépatite C, bien que ces deux produits soient disponibles à l'hôpital, mais n'ont pas été distribués». Malgré cette interpellation, le ministre n'a pas voulu faire de commentaires sur ce point. Son intervention s'est limitée, lors de cette rencontre, sur la chirurgie générale et les efforts consentis par son département dans le secteur de la Santé pour l'amélioration des prestations de service. Pour le ministre, avec les projets réalisés et ceux en cours de réalisation et le budget de 1.900 milliards de dinars consacrés au secteur, la wilaya d'Oran sera une référence dans le domaine de la Santé. «J'ai la certitude qu'Oran sera la ville de la science et une ville de la santé». En s'adressant à l'assistance composée de médecins, professeurs et tout le corps médical, le ministre a exhorté ces professionnels à «éviter de verser dans le tout-venant dans cet hôpital, l'EHU, et de veiller à assurer des soins de haut niveau». Pour donner un aperçu sur l'évolution du secteur, l'intervenant a, d'abord, dressé un tableau sur la santé entre 1985 et 1998 où le secteur battait de l'aile, selon le ministre, par l'absence d'équipements, d'infrastructures et de spécialistes, mais qui reprend, progressivement, à se relever à partir de l'an 2.000. Le secteur dispose, actuellement, selon les chiffres communiqués par le ministre, de 64.000 lits et enregistre 2.7 millions d'admissions hospitalières et 9 millions de consultations spécialisées. Sur le plan des interventions chirurgicales, il y a eu 574.000 opérations chirurgicales dont 90 % effectuées dans le secteur public. Le secteur compte également 9.779 transferts à l'étranger. Dans ce même contexte, le premier responsable du secteur annonce que le nouveau centre des cancéreux de Misserghine sera réceptionné au mois de juin prochain. Concernant la greffe de la moelle épinière, la greffe du foie et la greffe hépatique, le ministère oeuvre pour mettre en place des équipes spécialisées dans ce domaine et qui assurent la prise en charge des malades. Après ce tableau présenté à l'assistance, le 16ème congrès a été aussi l'occasion de rendre hommage aux pionniers de la Santé à Oran et notamment les professeurs en médecines qui ont consacré leur vie pour assurer la relève après l'indépendance. Un vif hommage a été rendu au Pr Boudraâ, âgé de 81 et qui été invité à cette rencontre, représentant un symbole de la médecine par son travail et ses sacrifices pour remettre la Santé sur pied après le départ des colons. Le Pr Kandil, présent dans la salle a été aussi honoré. En prenant la parole, le Pr Kandil s'adressa à la nouvelle génération en déclarant que «nous avons fait face à une situation catastrophique à notre époque. L'hôpital était abandonné par ses cadres. Les structures étaient vétustes et ne comportaient que très peu de matériel. Mais grâce à notre volonté et l'aide de certains pays amis, nous avons relevé le défi. Ce que je demande à la nouvelle génération c'est de chercher comment se motiver pour faire face au défi de la mondialisation». Un autre hommage a été aussi rendu au défunt, le Pr Mourad Taleb. Sur proposition du ministre, le pavillon 14 sera baptisé en son nom.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)