Algérie - Revue de Presse

Les nouvelles de Boumerdès

 La santé malade à Mecheraf Depuis sa construction au début des années 1980, le centre de soins de Mecheraf, (un grand village relevant de la commune de Benchoud) peine à ouvrir ses portes et à recevoir les malades du village. Faute de médecins, les habitants éprouvent toutes les peines du monde à se rendre au dispensaire du chef-lieu ou aux établissements de soins de Dellys. Ainsi, après la mise en évidence de la nouvelle carte sanitaire, les responsables du secteur ont décidé d?y affecter un médecin. Néanmoins, ce dernier trouve du mal à assurer la tâche qui lui a été confiée en l?absence d?un logement de fonction, a-t-on appris des villageois. Ceux-ci ajoutent que le logement de fonction réservé à cet effet est occupé depuis longtemps par un gardien de l?école primaire, et les autorités locales n?ont rien fait pour attribuer un logement à ce dernier afin qu?il libère ledit logement, ajoutent nos sources. « Nos responsable semblent non concernés par ce problème qui nous pénalise », s?indignent les habitants.  Une infrastructure en état de dégradation En dépit de sa réfection après le séisme de 2003, la salle polyvalente de Benchoud (une commune de l?est de Boumerdès) est loin de répondre aux préoccupations de la frange de jeunes de cette localité. Construite en 2001 sur le budget communal avec 391 millions de centimes, cette infrastructure a absorbé plus d?un milliard dans les travaux de réfection faits après le séisme de 2003, apprend-on d?une source proche de la famille sportive, qui estime que c?est « de l?argent jeté par les fenêtres ». « L?absence de clôture, de douches et d?autres commodités nous cause moult désagréments », se plaignent les jeunes, rencontrés sur place. Ces derniers expliquent son état de dégradation par la non-conformité des travaux effectués. Sollicité, le P/APC refuse de nous entretenir.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)