Algérie

Les nouveaux maire et président d'APW installés

A l'évidence, si la visite, aujourd'hui, dans la capitale de l'Est duprésident français Nicolas Sarkozy ne semble pas, pour diverses raisons, êtreapte à dissiper le brouillard ambiant qui s'est insidieusement installé entreles plis d'un rendez-vous historique, plutôt «simplifié», elle aura permis aumoins que l'APW et l'APC deConstantine - le respect du protocole est sauf - soient installées dansl'urgence. La cérémonie, dédiée à cet événement, dont les actes se sont tenus à la salle de «l'université populaire», sousla houlette du wali Abdelmalek Boudiaf, n'a pasdérogé, comme on peut le comprendre, au rituel traditionnellement usité enpareille circonstance. En vérité, étant donné la situation exceptionnelle, induitepar la visite présidentielle, dans l'antique Cirta, de Sarkozy et Bouteflika, les choses ont été pliées, bien sûr à l'avance,et entérinées symboliquement, hier, à la majorité des «mains levées» des élusprésents représentant les 5 formations (FLN, RND, MSP, PT, FNA) qui ont trusté,pour rappel, l'essentiel des sièges mis en jeu lors des élections locales du 29novembre passé. A l'occasion et pour parer au plus pressé, ce sont les «têtesde listes» FLN, MM. Chibane Abdelhamidpour l'APC et BoussoufRabah pour l'APW, qui ont été «désignés» par leurspairs aux postes de président, en attendant que l'ensemble du «mécano» (notammentles postes de vice-président et les différentes commissions) soit mis en place,un peu plus tard. Concernant les autres communes restantes, au nombre de 11, leprocessus d'installation, dit-on, se fera dans le délai légal des huit jours. Lefait est que ce rendez-vous dépouillé de toute solennité s'est enfermé dans lesdéclarations de bonnes intentions des uns, les «signaux» d'allégeance desautres, avec pour moment fort les professions de foi du wali, qui pour fairebonne mesure a promis de «débarquer» sans coup férir les élus qui ne feraientpas preuve d'engagement dans le processus de développement et de modernisationde la ville de Constantine, sur lequel, dira-t-il, «je ne céderais pas unpouce».Il est vrai, à Constantine, en plus d'être «mathématiquement» mal élues»,les ci-devant assemblées, issues des urnes des récentes élections locales, secaractérisent aussi par un émiettement qui risque de faire le lit del'indécision, et de cause à effet de susciter les oukases administratifs et lesretraits de confiance non plus, et dont Constantine, pour mémoire, en a été sifriande par le passé. La redistribution des cartes sur le vieux rocher étantloin d'aider à clarifier la situation, qui prévaut dans la ville, autour deséquilibres instables avérées, tout le monde s'est satisfait d'une séance d'auto-congratulations, hier, avec pour seul inventaire, brandicomme un talisman, celui des projets en cours de réalisation: le viaduc dont lapremière pierre sera posée le 16 avril 2008, promet le wali, le téléphérique, letramway, l'assainissement de l'oued Rhumel, ladélocalisation du Bardo...
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)