Algérie - Revue de Presse

Les maquignons se frottent les mains à Oum El Bouaghi



Depuis l?Aïd de 2003, le prix du mouton n?a cessé de grimper, donnant le vertige aux ménages sans grandes ressources. Cette année encore, les éleveurs et autres maquignons se frottent les mains. Ils savent que le moindre ovin rapportera gros. D?ores et déjà, au niveau des marchés à bestiaux de la région, de Aïn M?lila à Meskiana, en passant par Aïn Fakroun et Aïn Beïda, les prix pratiqués donnent le tournis aux potentiels clients, des pères de famille surtout qui cherchent à s?acquitter de ce qu?ils considèrent comme une mission sacrée et incontournable. « Les prix des moutons sont pareils à ceux de l?Aïd passé », nous déclare un père de famille. En venant au souk deux semaines à l?avance, certains clients pensent pouvoir réaliser une bonne affaire, c?est-à-dire acheter un agneau à moindre coût. Mais ils se trompent. TRAFIC AUX FRONTIÈRES Un éleveur connu sur la place du marché nous éclaire sur son activité : « Tant que l?éleveur dispose d?aliment de bétail en quantités suffisantes, rien ne le pousse à brader ses moutons. Il est en position de force. L?année est bonne et nous ne sommes pas pressés de vendre. » En effet, le fellah est à l?abri du besoin. Plus il garde ses moutons, plus il réalise des bénéfices. Un agneau de neuf mois peut valoir jusqu?à deux millions de centimes, parfois plus s?il est engraissé avec de l?orge. L?autre partie gagnante est celle des maquignons. Ceux-ci, dès l?ouverture du marché, achètent en gros, c?est-à-dire plusieurs dizaines de têtes. En cédant la marchandise au détail, ils font d?énormes bénéfices. Ceci étant, la fourchette des prix d?un mouton moyen, âgé de 6 à 8 mois, se situe entre 15 000 et 25 000 DA. Pour les béliers, les prix sont hors de portée, car ils peuvent atteindre 35 000 DA, sinon plus pour certains spécimens.Qu?est-ce qui fait que le prix du mouton et de ce fait de la viande augmente sans cesse ? se demandent d?aucuns. Des personnes interrogées répondent en faisant allusion au trafic qui se fait hors des frontières et qui réduit le cheptel algérien. En tout état de cause, la cherté des prix n?est pas pour plaire aux ménages sans ressources et même aux revenus moyens.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)