Algérie

Les kiosques de la Cathédrale, source de conflits


Des mises en demeure aux attributaires L’aménagement de 11 kiosques au niveau de la Cathédrale semble prendre une tournure inattendue, voire conflictuelle, deux seulement sont en activité, trois non encore attribués et les six autres ont fait naître une polémique autour de leur situation actuelle. Ces derniers, attribués mais non encore exploités, sont devenus de véritables lieux insalubres, de repaires de vandales, de consommation d’alcool et sont devenus les lieux de prédilection pour ceux qui voudraient se soulager. Deux gardiens se relaient pour assurer une aléatoire sécurisation des lieux. Cependant, à les entendre, ils doivent faire face à de terribles difficultés allant jusqu’à l’agression physique. Devant cette pénible réalité, le président de l’APC a adressé des mises en demeure aux bénéficiaires, sachant que les six kiosques inoccupés sont actuellement dépourvus de portes et de vitrages, d’où le constat de vandalisme. Les bénéficiaires ont donc été sommés d’occuper les lieux et de les exploiter dans les quatre jours (à partir de samedi 13 janvier) sinon, dans le cas contraire, l’attribution sera purement et simplement annulée.Selon les deux exploitants en activité, dont un kiosque à journaux et un taxiphone, l’insécurité règne à partir de 18 heures, ce qui les contraint à fermer boutique de bonne heure. Ceci aurait été différent si les 11 kiosques ouvraient en même temps, puisque l’occupation des lieux ferait sans nul doute fuir ces indus et contraignants occupants dont des SDF qui donnent une piètre image de la ville ou encore ces adeptes de Bacchus qui choisissent bien les nombreux recoins qu’offrent l’imposante bibliothèque municipale, la direction de la Culture, le Palais de la culture et l’Institut régional de musique. Alors de grâce, rendez la place des Moudjahidin aux citoyens et faites que ce cadre retrouve toute sa sérénité et sa quiétude.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)